26 mai 2024

Accidentologie en hausse dans le Gers

GERS Communiqué de la Préfecture Contrôle routier   Samedi 7 octobre à partir de 11 heures, à Dému, en présence de Mme la directrice de cabinet, a eu lieu un contrôle routier sur la RN 124. Suite à ce contrôle routier, voici les chiffres des contrôles effectués ce week-end par la gendarmerie : Total infractions: […] Lire l’article original

GERS

IMG_5771

Communiqué de la Préfecture

Contrôle routier

Samedi 7 octobre à partir de 11 heures, à Dému, en présence de Mme la directrice de cabinet, a eu lieu un contrôle routier sur la RN 124.

Suite à ce contrôle routier, voici les chiffres des contrôles effectués ce week-end par la gendarmerie :

  • Total infractions: 29
  • Rétentions permis de conduire: 13
  • Immobilisations: 12
  • Infractions graves génératrices d’accident: 15
  • Vitesses: 8
  • Nombre d’opérations de contrôle vitesse: 15
  • Nombre de dépistages alcoolémies: 178
  • Infractions alcoolémie: 1
  • Dont délits: 0
  • Nombre de dépistages stupéfiants: 21
  • Infractions stupéfiants: 1
  • Conduites sans permis: 1

Sécurité routière | Accidentologie en hausse dans le Gers : vigilance sur la route !

Suite aux accidents graves qui se sont déroulés ces derniers jours, l’évolution de l’accidentalité sur le département s’est fortement dégradée avec à la date du 5 octobre 2023 + 3 tués (12 au total) et + 24 % de blessés hospitalisés (71) par rapport à la moyenne des 3 dernières années sur la même période.

  • Concernant la mortalité routière :

10 accidents corporels mortels depuis le début de l’année, (Montréal, Urdens, Villecomtal, Manciet, Bézéril, Montaut-les-Créneaux, Mirande, Auch, Sarragachies, Castelnau-Barbarens) avec 11 tués.

  • Concernant ces 10 accidents mortels :

4 conducteurs étaient alcoolisés dont 1 positif aux stupéfiants.
4 avec obstacles, facteur aggravant : arbre et fossé.
1 des conducteurs tués n’avait pas sa ceinture.
Les 11 victimes étaient âgées de 30 à 92 ans.

  • Concernant les usagers vulnérables (42 accidents soit 43 % des accidents corporels) :

7 accidents avec piétons (1 tué, 3 blessés hospitalisés)
1 accident avec EDPM (1 blessé hospitalisé)
8 accidents avec cyclistes (3 blessés hospitalisés)
26 accidents avec 2RM – 16 motos + 10 cyclomoteurs (15 blessés hospitalisés)

  • Localisation des accidents corporels depuis le premier janvier de cette année :

37 accidents en agglomération, 1 tué, 41 blessés dont 19 hospitalisés
60 accidents hors agglomération, 10 tués, 79 blessés dont 52 hospitalisé

  • Suspension de permis

Si l’on peut noter une baisse significative des retraits pour excès de vitesse (232 en 2023 contre 379 en 2022), le nombre de retraits pour consommation d’alcool reste presque inchangé (240 en 2022 contre 243 en 2023) et celui pour consommation de stupéfiants est en hausse : 221 en 2023 contre 198 en 2022.

  • Des contrôles renforcés

Le préfet rappelle que les forces de l’ordre restent pleinement mobilisées pour lutter contre les comportements à risque au volant. Ainsi, les opérations de contrôles vont s’intensifier sur le département, notamment durant toute la période des vacances de la Toussaint et aucune tolérance ne sera accordée aux conducteurs dangereux.

  • Les causes de mortalité sur les routes
    • Alcool et vitesse

Chaque année, plus de 1 000 personnes perdent la vie sur les routes françaises dans des accidents dont l’une des causes est la consommation excessive d’alcool. Dans le Gers, depuis le début de l’année, le facteur alcool était présent dans 37 % des accidents mortels.

L’alcool influe sur le comportement du conducteur, sans que ce dernier en prenne réellement conscience. L’alcool altère toutes les capacités nécessaires à la conduite (concentration, lucidité, réactions…). L’estimation des distances est faussée. Le champ de vision se réduit, altérant la perception latérale des objets. Le temps de réaction augmente considérablement. La sensibilité à l’éblouissement est plus importante.

Chaque verre consommé fait en moyenne monter le taux d’alcool de 0,25 g d’alcool par litre de sang.

La vitesse est à la fois un facteur déclencheur de l’accident, mais aussi un facteur aggravant. Plus la vitesse augmente, plus le champ est réduit. À grande vitesse, il se limite à une vision centrale de la route. Rouler vite fatigue, obligeant le conducteur à traiter un grand nombre d’informations dans un minimum de temps et à adapter en permanence sa vision. La vitesse induit un stress qui entraîne fatigue et perte de vigilance, deux facteurs importants d’accident.

    • Le défaut d’attention et la perte de vigilance au volant sont à l’origine de nombreux accidents de la route.

Le défaut d’attention correspond à une perte momentanée du contrôle de l’activité du conducteur car ses capacités de détection des évènements de la circulation et de réaction aux incidents sont amoindries. Il peut s’agir d’une distraction motrice (régler la climatisation), d’une distraction cognitive (discussion animée avec un passager), d’une inattention liée à une préoccupation de l’esprit. Il se traduit notamment par un retard dans la prise de décision et dans un allongement significatif de la distance de réaction.

Parmi les situations de conduite ayant mis en avant ces dernières années la perte de vigilance est apparu l’usage du téléphone au volant (manipulation, consultation). Le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d’un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d’un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit.

Au final, le Gers possède, de par sa géographie et son histoire, un réseau routier rural qui demande une attention particulière au volant (peu de 2 × 2 voies, relief, obstacles latéraux, une majorité de routes étroites et sinueuses…) et une adaptation de la vitesse au profil de la route utilisée.

Lire l’article original