1 juillet 2022

Une année de réflexion et de transition

LABRIT – CŒUR HAUTE LANDE

COUTIERED1-Labrit.jpg

Le maire Dominique Coutière a fait le point, tant au niveau communal que communautaire et territorial (photo Jean-Marie Tinarrage)

À défaut de cérémonie des vœux, le maire Dominique Coutière fait un point au seuil d’une année préparatoire au lancement de nouveaux projets.

Le maire de Labrit retient de 2021 la mise en route des 2 tranches du parc photovoltaïque (34 ha) qui procureront un revenu équivalent à celui de la forêt d’avant Klaus. L’enfouissement, route de Mont-de-Marsan, des réseaux électriques et téléphoniques s’ajoute à la viabilisation du lotissement de la Place (15 lots) et à l’ouverture de l’aire de jeux pour les plus jeunes. En 2022, un skatepark complétera cette aire ludique, à côté du fronton et de l’école. En février devrait débuter la réflexion préalable au plan de référence. Pendant 18 mois, elle permettra d’aborder l’aménagement de la commune pour les 10 ans à venir : liaison piétonne sécurisée de la mairie jusqu’au collège, aménagement de l’ancien Café du Centre, arrivée de la fibre au printemps prochain…

Communauté de communes et pôle

Puis le président de la communauté de communes Cœur Haute Lande annonçait l’ouverture fin janvier de la Maison France Services au sein du nouveau siège communautaire à Sabres où les travaux de la Maison de retraite pourraient démarrer en fin d’année. 2022 verra aussi la livraison de la Maison de l’Enfance à Labouheyre et de la Maison de la musique à Moustey où la friche Garaude (recyclerie) va être réhabilitée. Enfin, une réflexion concernera la vingtaine d’écoles du territoire et les 3 zones d’activité jouxtant l’autoroute (Escource, Labouheyre, Saugnac-et-Muret) afin de répondre à la demande.

Quant au Pôle Haute Lande Armagnac, déclinaison actuelle de l’Airial, créé en 1971 par le député Roger Duroure et transféré depuis peu dans le bâtiment communautaire, il continuera son travail de veille et de développement du grand territoire (1 tiers de la superficie pour 10 % de la population landaise).

La réhabilitation des centres bourgs s’ajoute désormais à la problématique santé dont la carte de zonage 2022 est rejetée par le président et les professionnels de santé dont le gros travail préparatoire n’a pas été pris en compte (SO du 15 janvier).

Lire l’article original