5 décembre 2022

Les élus agissent en faveur des professionnels de santé du territoire

LANDES D’ARMAGNAC Mardi 8 novembre, à la salle des fêtes d’Estigarde a eu lieu le Conseil communautaire de la CCLA. Développement économique Dans le cadre du développement économique, les projets photovoltaïques des communes de Saint-Justin et Vielle-Soubiran concernant les parcelles communales sinistrées par les récents incendies, celle d’une coupe rase à Rimbez et Baudiets, ainsi […] Lire l’article original

LANDES D’ARMAGNAC

DSC_0007 (17)

Mardi 8 novembre, à la salle des fêtes d’Estigarde a eu lieu le Conseil communautaire de la CCLA.

Développement économique

Dans le cadre du développement économique, les projets photovoltaïques des communes de Saint-Justin et Vielle-Soubiran concernant les parcelles communales sinistrées par les récents incendies, celle d’une coupe rase à Rimbez et Baudiets, ainsi que des parcelles de Bourriot-Bergonce et d’Herré ont été abordés.

L’aide à l’équipement en faveur des professionnels de santé

Puis la majorité des élus ont voté l’attribution d’aides à l’équipement en faveur de quatre professionnels de santé.

Par ces choix d’aides, les élus expriment l’intérêt qu’ils portent sur l’avenir en s’impliquant afin de maintenir et de développer sur tout le territoire de la CCLA, la présence des professionnels de santé.

Reconnaissance aux sapeurs-pompiers du territoire de la CCLA

Après avoir souligné l’engagement des sapeurs-pompiers lors des incendies de cette saison estivale, ainsi que la satisfaction de tous vis-à-vis du travail qu’ils ont accompli , Philippe Latry, président de la CCLA a invité les élus à exprimer leur reconnaissance avec un geste financier à destination des amicales des sapeur-pompiers des centres de secours situés à Arue, Losse, Gabarret, Saint-Justin.

Après avoir délibéré, les élus ont voté une subvention de 750 euros pour chacune des amicales.  

Les actions et les pistes de réflexion concernant les professionnels de santé du territoire (CCLA)

Les élus communautaires comprennent les inquiétudes de la population de la CCLA, dues aux problèmes de la désertification médicale en milieu rural, et évidemment, ils ont la volonté de trouver des solutions.

À l’issue du conseil communautaire, les élus ont de nouveau abordé ce sujet important, et dans l’intérêt de tous et des habitants du territoire, ils ont voulu apporter des précisions sur les actions de la CCLA

Déjà, les élus ont voté plusieurs actions, notamment, l’Aide à l’installation, en fonction du zonage ARS (prioritaire ou complémentaire), destinée aux médecins, dentistes et kinésithérapeutes pour favoriser leur installation : de 3 000 € à 8 000 € en fonction de la durée d’engagement à exercer sur le territoire.

Cette aide vient en complément de celle de la CPAM (50 000 €) pour les médecins généralistes qui viendraient s’installer sur des zones déficitaires (Roquefort).

Concernant Gabarret et son zonage non prioritaire, les élus ont obtenu, dans le cadre du Contrat Local de Santé, la possibilité de mobiliser des fonds régionaux au bénéfice des médecins qui désireraient s’installer sur Gabarret (somme de 50 000 €, identique aux zones prioritaires).

L’Indemnité d’études, destinée aux étudiants (internes) en médecine générale, en odontologie (dentiste) et kinésithérapie. Montant de 600 € à 1000 € mois en fonction de la durée d’engagement à exercer sur le territoire, à l’issue de leur cursus.

Ce dispositif a été porté à connaissance de l’ensemble des facultés au sein desquelles sont enseignées ces disciplines.

L’aide à l’équipement, en direction des professionnels de santé et en fonction du zonage ARS, pour leurs investissements mobiliers (ordinateur, matériel médical, de bureau etc…). Montant de l’aide allant de 25% à 40% de subvention, sur un plafond de 16 000 € HT, maximum (pour une période de 3 ans).

Des aides ont déjà été distribuées pour l’installation d’un médecin et d’un kiné pour 14 000 €, et pour des équipements à six professionnels, 8 509 € ont été accordés.

En complément, les élus étudient plusieurs pistes, notamment le recrutement d’un médecin par le biais d’un cabinet de recrutement (15 000 €), ainsi que la prise en charge, en complément de l’ARS, des pertes de salaire de deux infirmières qui seraient intéressées par la formation (durée 2 ans) d’IPA (Infirmière de Pratique Avancée), en contrepartie d’un engagement de continuer à exercer sur le territoire communautaire.

Parmi les autres pistes, il y a l’accompagnement administratif de la CCLA pour les structures de santé afin de mobiliser des fonds provenant de la CPAM ou de l’ARS (mise en place d’un secrétariat partagé, équipements, …..).

Réflexion sur la téléconsultation, dispositif visant à permettre à une infirmière formée de procéder, en liaison avec un médecin généraliste, à une consultation à domicile grâce à un ordinateur connecté (env. 10 000 €) et du matériel adapté.

«

Lire l’article original