6 juillet 2022

le plateau des sports bientôt opérationnel

CERE

BAREYT-Cère.jpg

Le maire, Michel Bareyt, devant le city-stade auprès duquel les plus petits auront aussi leur aire de jeux (photo Jean-Marie Tinarrage)

C’est sur “un goût de déjà-vu” que le maire Michel Bareyt a entamé l’année, une nouvelle fois sans cérémonie des vœux pour ce nouvel édile. Dommage car il avait beaucoup à dire !

Malgré un contexte délicat, 2021 a vu, entre autres, l’inauguration du hangar communal avec sa toiture photovoltaïque, la réparation du pont de l’Estrigon ou l’ouverture du chantier du plateau sportif. En coulisses, un travail réglementaire de tri et protection des archives communales a été entrepris. Parallèlement, la réflexion a été engagée autour de l’élaboration du PLUIH (objectif 2023 sur tout le territoire de la communauté de communes Cœur Haute Lande) et de la mise en conformité de la station d’épuration (diagnostic en cours), indispensable au développement du village.

Ce qui n’a pas empêché la tenue de quelques moments de convivialité, notamment lors du passage du Tour de France.

Du carrefour de la RD 651 à la mairie

Après la réfection du fronton et du tennis, puis la réalisation du city-stade (quasiment terminé), l’aire de jeux petite enfance est en travaux. Il ne restera plus que l’aménagement du terrain de pétanque pour terminer le plateau sportif auprès duquel la salle des fêtes annexe sera réhabilitée (chauffage, sanitaires…).

Toujours à proximité, le restaurant l’Ecureuil va rouvrir au printemps tandis qu’une grosse réflexion sur l’aménagement et la sécurisation du carrefour de la RD 651 va être lancée avec les services de l’Etat et du Conseil départemental, doublée par l’étude de faisabilité d’un cheminement piéton et cycliste entre le restaurant et la mairie.

2022 verra aussi l’installation de panneaux d’affichage (mairie et associations) et la mise à jour du plan de sauvegarde, tandis qu’on parlera de la fibre optique et peut-être (selon les aides) de la restauration du lavoir.

Bien évidemment reboisement et entretien de la forêt communale vont continuer (25 ha par an pour relever les 657 ha couchés par Klaus) tout en espérant voir aboutir à l’automne le projet de centrale photovoltaïque lancé en 2009.

Sans oublier la relance tant espérée de la vie associative.

Lire l’article original