5 juillet 2022

Le feu en signature du haut-fourneau d’Estelle Deschamp

BROCAS-LES-FORGES

SHOU1-Brocas.jpg

La technique japonaise de bois brûlé a été mise en œuvre par Estelle Deschamp (photos Jean-Marie Tinarrage)

Samedi 12 mars de nombreux curieux sont venus assister et participer à l’atelier d’initiation au “shou sugi ban” dirigé par la plasticienne Estelle Deschamp. Dans le cadre de la Forêt d’Art Contemporain, elle va édifier sur les berges de l’étang une nouvelle œuvre, miroir du haut-fourneau classé du site des forges (Sud Ouest du 17 février).

SHOU2-Brocas.jpgPour cela le fût de la cheminée, colonne vertébrale de son projet, sera coulé dans un coffrage dont les planches devront laisser leur empreinte sur le béton afin de rappeler l’importance du pin dans la sidérurgie landaise du XIXe siècle.

Bois brûlé à la japonaise

Pour accentuer le veinage des planches, Estelle Deschamp a recours à une technique japonaise de bois brûlé – le shou sugi ban – qui rend le bois imputrescible tout en lui conférant une grande durabilité. Pour cela les planches IMG_5564.JPGsont liées par trois, constituant des cheminées au pied desquelles le petit feu de départ prend rapidement de l’ampleur sous l’effet du tirage. C’est l’artiste qui décide du moment propice pour arrêter la combustion et juger de l’effet obtenu, chaque opération de carbonisation bénéficiant des conclusions de la précédente : on pourra apprécier le rendu final dans quelques semaines.

Lire l’article original