5 décembre 2022

Le bureau du Comité des fêtes est démissionnaire

GABARRET Vendredi 4 novembre en début de soirée, à la salle des associations, a eu lieu l’assemblée générale du Comité des fêtes. Avant  de présenter en détails les trois dernières décennies, Jean-Marie Barrère, président du Comité des fêtes,  a abordé  les changements  principaux survenus dans le fonctionnement du Comité, notamment  la diminution notable du nombre […] Lire l’article original

GABARRET

Les fêtes 2022, ont tout de même offert à tous de bons moments

Les fêtes 2022, ont tout de même offert à tous de bons moments

Vendredi 4 novembre en début de soirée, à la salle des associations, a eu lieu l’assemblée générale du Comité des fêtes.

Avant  de présenter en détails les trois dernières décennies, Jean-Marie Barrère, président du Comité des fêtes,  a abordé  les changements  principaux survenus dans le fonctionnement du Comité, notamment  la diminution notable du nombre des bénévoles, la délégation de l’organisation d’un certain nombre d’activités à d’autres associations,  l’affaiblissement des ressources, la diminution de la capacité à organiser des manifestations spectaculaires et l’augmentation des contraintes de sécurité.

Jean-Marie Barrère ,  a précisé :

« Il en découle que l’obligation dans laquelle s’est peu à peu trouvé le Comité des fêtes d’abandonner un certain nombre d’activités et de manifestations a entrainé mathématiquement un affaiblissement des ressources.  Au premier rang de ces activités, l’organisation des repas et des buvettes qui constituent la plus efficace des sources de revenus pour une association comme la nôtre.

 Ainsi, alors que dans les années 80 le Comité organisait un à deux repas par jour de fête (soit entre 6 et 8 en moyenne) , il en organise péniblement un de nos jours.

 Dans le même temps, les attentes du public, des associations qui vivent de la fête et, peut-être, des institutions locales, sont demeurées les mêmes. Personne n’envisage ni une fête de trois jours, ni un samedi sans Corso fleuri, sans défilé de formations musicales… Or ces attentes-là ont un coût qui dépasse largement les capacités financières du Comité des Fêtes, notamment eu égard aux évolutions mentionnées précédemment.

 On voit donc comment, peu à peu, le Comité des fêtes est sorti d’un cercle vertueux qui lui permettait quasiment de s’autofinancer et comment il fonctionne aujourd’hui sur des bases moins saines, à savoir une forme de dépendance vis à vis des autres associations et du bon vouloir des institutions locales.

La situation décrite est encore moins facilitée par l’augmentation des contraintes de sécurité puisque, dorénavant, il devient impossible d’organiser une quelconque manifestation sans avoir la préoccupation des questions de sécurité ou, tout au moins, sans se soumettre aux injonctions des autorités préfectorales qui ne sont pas négociables.

 Ces questions de sécurité, bien sûr, entraînent un coût supplémentaire. Impossible, par exemple, d’organiser un bal sans engager des frais de surveillance et en déléguant à une société de vigiles le soin de veiller sur la soirée. En conclusion, on voit donc que le Comité des Fêtes de Gabarret a perdu en trois décennies sa capacité à organiser correctement une fête de Gabarret que tous voudraient voir se renouveler à l’identique. Pourtant, c’est malgré tout à lui qu’incombent toujours un certain nombre de tâches ingrates et couteuses sans lesquelles la Fête ne pourrait se dérouler normalement et sans lesquelles, faute de fête, la plupart des associations se trouveraient pénalisées. »

Le compte rendu de la période 2019-2022 est le suivant :

« Dès 2019, plusieurs axes ont été mis en place :

– Une implication financière plus grande de la part des associations participant à la fête.

– Une opération de communication et de partenariat qui a permis de doubler l’apport financier des « sponsors » (passage de 6 000 euros à 12 000 euros).

– La création d’une soirée des partenaires aux arènes ayant pour but d’ancrer cette redynamisation des relations avec les partenaires dans un nouvel esprit propre à pérenniser ou augmenter le soutien.

– Une renaissance du Comité dont les membres sont passés en un an d’une dizaine à près de 40 membres.

– La redynamisation de la Fête elle-même avec une remise à niveau et le retour de certaines animations réclamées par le public (Toro de fuego, etc)

Dès le mois de évrier 2020, le Comité a été à nouveau en mesure d’organiser, hors fête, un spectacle accompagné d’un repas, lequel a été un franc succès.

La dynamique était excellente montrait qu’une renaissance du Comité était en cours. Malheureusement, la crise du COVID est venue percuter de plein fouet ce mouvement prometteur.

La saison 2020 n’a pas existé

La saison 2021 s’est soldée par une demi-fête, insatisfaisante, mais elle a vu renaître la Pétanque à Gabarret grâce à l’initiative du Comité des fêtes, ainsi que les rendez-vous du jeudi aux arènes.

En 2022, le bureau a maintenu le cap sur tous ces points, sauf sur le plan du soutien financier des autres associations puisque certaines d’entre elles ont manifesté le désir de réduire leur participation et d’autres de ne plus participer.

Les retours que nous avons eus sont de nature à nous laisser penser que les objectifs de la fête 2022 ont été atteints à peu près de la même façon qu’en 2019.»

Avant d’annoncer la démission du bureau, le président a indiqué des pistes pour remédier aux problèmes rencontrés afin de maintenir dans de bonnes conditions les fêtes de Gabarret, puis le financement a été présenté :

« Concernant la subvention du conseil municipal. A l’heure actuelle le fonctionnement est le suivant : Jusqu’en 2022, la subvention était de 7 000 euros. Elle est passée à 10 000 euros en 2022.

En 2019 comme en 2022 l’expérience a montré que, malgré un doublement des rentrées dues au partenariat, le Comité ne parvient pas à payer la fête en totalité. Le Comité a exprimé son souhait de se voir attribuer une subvention plus conséquente en fonction des données connues (qui situent le coût de la fête aux alentours de 35 000 euros) de façon à pouvoir faire face. Il a été convenu, jusqu’à l’heure, que la mairie, plutôt que d’augmenter la subvention, souhaitait plutôt procéder par l’attribution d’une subvention « exceptionnelle » et supplémentaire après réception des bilans et avis du conseil municipal.

Le bureau remercie vivement les membres du Comité pour leur aide et leur amical engagement. Il remercie également les associations qui ont joué le jeu et qui nous ont aidé durant ces 4 années, ainsi que les personnes extérieures au Comité qui ont régulièrement et discrètement apporté leur énergie.

Nous remercions également la Mairie et le Conseil municipal pour son soutien.»

. Le bureau démissionnaire était composé de Jean-Marie Barrère,  de Lydie Fiton secrétaire, Amélie Silva trésorière, et deux vice-présidents : Laurent Pascot et Laurent Hennart.

Lire l’article original