22 avril 2024

L’exposition du Souvenir Français est toujours bien appréciée

GABARRET  Du lundi 22 mai et jusqu’au samedi 27 mai, tous les jours de 10 heures à 17 h 30, à la salle de bal de la mairie, le public a pu visiter l’exposition sur la guerre d’Indochine. Cette exposition retrace l’épopée française en Indochine du 17e siècle jusqu’en 1954. La deuxième exposition présentait  les […] Lire l’article original

GABARRET

DSC_0019 (9)

 Du lundi 22 mai et jusqu’au samedi 27 mai, tous les jours de 10 heures à 17 h 30, à la salle de bal de la mairie, le public a pu visiter l’exposition sur la guerre d’Indochine.

Cette exposition retrace l’épopée française en Indochine du 17e siècle jusqu’en 1954.

La deuxième exposition présentait  les Harkis avec le parcours des harkis et de leur famille à partir de l’année 1830.

Si ces expositions ont eu lieu, c’est grâce à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), qui les a prêtées au Comité du gabardan du Souvenir Français et à l’Amicale du réseau Hilaire Buckmaster qui ont organisé cette grande exposition.

Déjà, jeudi matin 25 mai, plus d’une centaine de visiteurs était passée.  Vendredi après-midi, les élèves  de 3e du collège Jules-Ferry, visitaient l’exposition et studieux prenaient des notes comme les collégiens de 3e du Collège Saint-Jean Bosco, qui étaient déjà passés en début de semaine.

Beaucoup de curistes ont aussi visité l’exposition.

DSC_0003 (13)

20230522_142210[1]20230526_161328[1]

Cette exposition très riche en documents, nécessitait que les visiteurs y passent un grand moment, pour profiter pleinement de toutes les informations historiques et bien détaillées.

Pour les scolaires, Jean-Marie Mignot, du Comité  du Gabardan du Souvenir Français, les accueillait et leur résumait les expositions avant qu’ils approfondissent les sujets en s’arrêtant aux panneaux qui pouvaient le mieux les concerner.

Samedi, les organisateurs étaient satisfaits du nombre important de visiteurs et de l’intérêt  que porte annuellement, les scolaires et les gabardans, à ces expositions.

  

Lire l’article original