2 octobre 2022

Les “Paloumayres” sont dans l’attente

LE SEN – LANDES

PALOMBE-Labrit.jpg

Le stand de l’association départementale de chasse traditionnelle à la palombe lors de la fête de la chasse à Labrit (photos Jean-Marie Tinarrage)

Philippe Duthil, président de l’association départementale de chasse traditionnelle à la palombe, ne sait pas sur quel pied danser. À quelques jours du “grand truc” (on installe les filets le 1er octobre), l’arrêté préfectoral autorisant ce type de chasse n’est toujours pas paru.

Si on trouve aussi ces installations en Gironde, Gers, Lot et Garonne et Pyrénées Atlantiques, “le filet est surtout landais” assure le président. Dans sa commune de Le Sen, 21 palombières sur 22 ont un “sol”, aire sur laquelle le chasseur use de différents subterfuges pour faire descendre les palombes avant de déclencher les filets (aussi appelés pantes). Méthode simple pour efficacité aléatoire, patience et chance rebattant à chaque fois les cartes.

Cette chasse a ses détracteurs qui dénoncent la non-sélectivité d’une pratique pourtant très encadrée : les oiseaux autres que les colombidés doivent aussitôt être relâchés, pas de filets à mailles de moins de 4 cm, poste de déclenchement à moins de 30 mètres des filets et superficie du “sol” de 300 mètres carrés maximum. De plus, les installations sont soumises à autorisation préfectorale.

le sen,landesUne assemblée générale attendue

L’association, qui n’est pas opposée à la mise en place d’un quota palombes, conteste la façon de le mettre en place. Déclinaison de ce qui existe déjà pour la bécasse, “ChassAdapt”, carnet de chasse numérique, est une application mobile conçue pour les chasseurs dans le cadre de la gestion adaptative des espèces. Ce qui suppose une certaine maîtrise des nouveaux outils de communication et l’existence ou la fiabilité d’un réseau de télécommunication : de quoi s’interroger avec moins de 50 % de retour aux questionnaires en ligne lancés par la Fédération des chasseurs.

En attendant, le président Duthil se félicite de l’excellente concertation avec l’Esalat de Dax ou la BA 118 de Mont-de-Marsan qui, grâce à la géolocalisation des palombières, peuvent temporairement modifier leurs plans de vol ou les suspendre, comme durant la semaine 44. L’assemblée générale du 7 octobre à Pontonx sur l’Adour devrait être riche d’enseignements mais aussi d’interrogations.

 LA SAISON 

Si on peut chasser la palombe depuis le 11 septembre, ouverture de la chasse, le filet se pratique entre le 1er octobre et le 20 novembre. Puis les chasseurs ont 2 jours pour démonter leurs installations sachant que la chasse peut se poursuivre jusqu’au 20 février en adaptant le mode opératoire (poste fixe sans tunnel, palombières sans filet, tir posé…). On ne chasse pas la palombe sur la migration retour.

Lire l’article original