27 février 2024

Hommage à Bernard Canut

ESTANG Lundi 8 mai, Christophe Rande et ses conseillères et conseillers municipaux avaient convié les estangoises et estangois à assister à la cérémonie commémorative du 8 mai 1945. Le cortège avec les élus, le lieutenant-colonel Rémi, commandant l’escadron de chasse 3/30 Lorraine de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan,  le représentant de la gendarmerie, les […] Lire l’article original

ESTANG

DSC_0019 (6)

Lundi 8 mai, Christophe Rande et ses conseillères et conseillers municipaux avaient convié les estangoises et estangois à assister à la cérémonie commémorative du 8 mai 1945.

Le cortège avec les élus, le lieutenant-colonel Rémi, commandant l’escadron de chasse 3/30 Lorraine de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan,  le représentant de la gendarmerie, les anciens combattants et porte-drapeau, ainsi que les estangoises et estangois, s’est formé place de la mairie, puis s’est rendu au Monument aux morts situé devant l’église.

Au Monument aux morts, le cortège fut accueilli par la musique de l’harmonie estangoise.

Christophe Rande a précisé :

« Nous sommes réunis pour rendre hommage à Bernard Canut, né à Estang le 20 août 1917, décédé le 6 juin 1944 au large de la presqu’île du Cotentin.

Après 79 ans d’oubli, c’est  grâce aux recherches de monsieur Mouchet, ici présent et auteur de recherches sur la deuxième guerre mondiale, que nous pouvons aujourd’hui réparer cette lacune…Nous allons maintenant  dévoiler une plaque au nom de monsieur Bernard Canut. »

Après avoir dévoilé la plaque,  déposé des gerbes, l’harmonie estangoise a interprété le chant des partisans, puis monsieur Mouchet à résumé la vie de Bernard Canut :

«   Il est né à Estang le 20 août 1917. Encore enfant, ses parents partent travailler comme métayers à Nérac.

Élève studieux, il rentre à l’école normale d’instituteur à Agen. Devenu instituteur, il est mobilisé en 1939 et affecté dans l’armée de l’air. Démobilisé en août 1940 , il retourne à son métier d’instituteur.

Mais n’ayant pas accepté la défaite, il se porte volontaire pour un poste dans les colonies qui lui permettrait plus facilement de rejoindre la France libre. Il est affecté à Madagascar. Il enseigne dans un établissement  à  Faravohitra, quartier de Tananarive. Cette école porte actuellement le nom de EPP Bernard Canut.

Le 5 mai 1942, les britanniques lancent l’opération (Oraclad) sur Diego-Suarez, port de Madagascar. Opération qui se termine en novembre 1942 par la reddition des vichystes.

Bernard Canut signe son engagement dans les Forces aériennes françaises libres, le 15 octobre 1942.

Il quitte Madagascar le 3 mars 1943 en direction de la Grande-Bretagne en contournant l’Afrique par l’Afrique du Sud. Il arrive à Greencock (Ecosse) le 13 avril. Il est dirigé à Camberley, à 40 km de Londres où sont stationnées les forces de la France Libre.

Il est affecté au groupe de bombardement Lorraine comme observateur puis comme radio-naviguant. La mission du groupe « Lorraine » est de bombarder sur le sol européen les transformateurs électriques, batteries DCA, PC allemand, rampes de lancement des futures bombes volantes V1…

En avril 1944 certains équipages, dont celui du sous-lieutenant Bernard Canut sont désignés pour un entrainement spécial. Les bombes sont remplacées par des pots fumigènes qu’ils doivent répandre à 15 m du sol. C’est la préparation du débarquement du 6 juin 1944… »

Le 6 juin 1944, lors de cette opération de fumigènes pour dérober aux yeux des allemands et protéger les soldats des troupes de débarquement, l’avion de Bernard Canut est touché et s’abime en mer.

La minute de silence, puis la Marseillaise ont conclu cette cérémonie d’hommage.

DSC_0020 (6) DSC_0024 (5) DSC_0026 (5) DSC_0028 (5)

Lire l’article original