9 décembre 2022

Grêle : Les élus de proximité étaient sur le terrain

LANDES D’ARMAGNAC Suite au fort orage de grêle qui s’est abattu sur cette partie du territoire de la Communauté de communes des Landes d’Armagnac « CCLA », samedi matin, à la mairie de Betbezer d’Armagnac, les conseillers départementaux du canton Haute Landes Armagnac, Magali Valiorgue et Dominique Coutière (vice-président en charge des finances au Conseil départemental) ; […] Lire l’article original

LANDES D’ARMAGNAC

DSC_0005

Suite au fort orage de grêle qui s’est abattu sur cette partie du territoire de la Communauté de communes des Landes d’Armagnac « CCLA », samedi matin, à la mairie de Betbezer d’Armagnac, les conseillers départementaux du canton Haute Landes Armagnac, Magali Valiorgue et Dominique Coutière (vice-président en charge des finances au Conseil départemental) ; Philippe Latry, maire de Saint-Justin et président de la CCLA ;  ainsi que les maires Antoine Lequertier (Mauvezin d’Armagnac), Alain Gaube (Labastide d’Armagnac) et Gérard Tales (Betbezer d’Armagnac) se sont réunis avant de se rendre sur le terrain pour constater l’ampleur des dégâts et échanger sur le désarroi des viticulteurs et agriculteurs de ce secteur.

De 80% à 100% de destruction

Après avoir  constaté à Betbezer, les dégâts occasionnés dans une vigne (destruction à 100%), puis dans une culture de soja (destruction de plus de 80%), ainsi que la dévastation dans les champs  de maïs,   les élus se sont rendus sur des cultures de blé, d’haricots verts, tournesol, à Saint-Julien, Créon, Mauvezin, Labastide.

Ne pas se fier à l’apparence

Si certaines cultures, depuis la route, paraissaient intactes ou  peu impactées par cet orage de grêle, notamment des champs de blé,  de maïs, les professionnels présents, ont attiré l’attention des élus sur les bois de vigne très endommagés, les maïs décapités, et les graines de blé répandues sur le sol : «  Tout est réellement  perdu. C’est impressionnant! »

Les commentaires des élus

 Dominique Coutière constatant  ces dégâts et les conditions difficiles de ces métiers d’agriculteurs et de viticulteurs a précisé :

«  Ce qui est arrivé est catastrophique. Il faut  que nous nous préoccupions de l’agriculture, évidemment  pour maintenant, mais aussi pour les années à venir.  Il faut absolument trouver des solutions rapides pour  accompagner  et répondre aux besoins des agriculteurs.  »     

Magali Valiorgue, qui elle aussi était  catastrophée devant l’ampleur des dégâts s’est exprimée à son tour :

« Dans les champs de blé visités, il ne reste plus que de la paille. Il est nécessaire que tout le monde prennent conscience  des conséquences dramatiques qu’il va y  avoir. Il est important de trouver rapidement des solutions financières et humaines qui répondent  à cette situation  calamiteuse. »

Philippe Latry   a trouvé qu’il était très important que les élus du Conseil départemental  soient sur le terrain avec les maires des communes impactées :

« Il est important que le département constate l’ampleur des dégâts, mais aussi qu’il soit à la recherche de solutions financières à apporter. Il est important  de trouver des mesures d’accompagnement exceptionnelles comme pour d’autres filières.  C’est toute une économie de notre territoire qui est touchée, les emplois directs sont impactés  mais aussi de nombreux emplois indirects sont concernés par la conséquence désastreuse de cette catastrophe. Quant aux agriculteurs et viticulteurs, tout leur travail est anéanti  et psychologiquement c’est très insupportable pour eux. »

Alain Gaube, en 48 ans, n’avait jamais connu un orage de grêle aussi important et Antoine Lequertier avait la même réflexion sur ses 42 ans de métier.    

 DSC_0010 DSC_0013 DSC_0025 DSC_0026

Lire l’article original