2 décembre 2022

Didier Goeytes initie les écoliers à la course landaise

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES Anne-Sophie Gény et Henri Portes. L’écarteur landais est revenu à l’école primaire de Cazaubon pour transmettre sa passion et aider les nouvelles générations à mieux comprendre la course landaise. Cette découverte de la tradition était en lien avec le projet gascon, et s’est déroulée le lundi 14 mars, au Pôle culturel de […] Lire l’article original

CAZAUBON-BARBOTAN LES THERMES

Photo d'Anne-Sophie Gény

Photo d’Anne-Sophie Gény

Anne-Sophie Gény et Henri Portes.

L’écarteur landais est revenu à l’école primaire de Cazaubon pour transmettre sa passion et aider les nouvelles générations à mieux comprendre la course landaise.

Cette découverte de la tradition était en lien avec le projet gascon, et s’est déroulée le lundi 14 mars, au Pôle culturel de Cazaubon, situé à proximité de l’école primaire cazaubonnaise.

Les élèves de CM1 e CM2  ont eu le privilège de rencontrer   Didier Goeytes de la Fédération de course landaise.

L’intervenant comme dans chaque école où il intervient et comme l’année dernière à Cazaubon, a tout d’abord abordé la partie théorique puis par la suite la partie pratique.

La première partie  a permis de poser le cadre, les notions, et le jargon de la course landaise. Les élèves très attentifs aux explications de Didier Goeytes, ont témoigné de l’intérêt qu’ils portaient sur cette séance.

La deuxième partie a permis de sensibiliser de manière ludique les élèves.

Ainsi ils ont pu apprendre à écarter, en écartant  une chambre à air, en prenant  le rôle du sauteur à l’aide de ballons de différentes tailles,  ainsi que celui de cordier à l’aide d’une paire de cornes attachées à une corde. Ils ont même écarté un carreton.

Les enfants  ont évidemment beaucoup apprécié ce temps de découverte, d’approfondissement de leurs connaissances de la course landaise.

Cette intervention  rentrait  dans le cadre d’un projet d’école.

De plus, au mois de juin, il y aura la course landaise des gascounets à laquelle les enfants sont invités à Nogaro.

Lire l’article original