15 avril 2021

Vidéo. L’US Dax bat Narbonne : une réaction à confirmer

La joie et le soulagement qui régnaient dans les rangs de l’US Dax après la victoire face à Narbonne (19-13) ce samedi en disaient long sur la satisfaction des rouge et blanc. Car peu… Lire l’article original

Les Dacquois ont redressé la barre face à un gros morceau, samedi, mais leur manager Jack Isaac attend une progression plus rapide pour espérer se qualifier en fin de saison

La joie et le soulagement qui régnaient dans les rangs de l’US Dax après la victoire face à Narbonne (19-13) ce samedi en disaient long sur la satisfaction des rouge et blanc. Car peu de monde aurait misé sur eux avant la rencontre. Une équipe dans le creux depuis la gifle reçue au match aller (48-10) – un succès lors des cinq derniers matchs et deux revers d’affilée – et une autre qui surfait sur le match aller, avec six victoires de rang et 27 points pris sur 30 possibles. « Je craignais beaucoup cette rencontre et je savais que cela serait compliqué après nos deux dernières défaites, analyse le manager Jack Isaac. On doit être content d’avoir battu une très belle équipe. »

« On avait des revanches à prendre envers nous-mêmes, après nos défaites à la maison (Blagnac et Albi, NDLR), et contre eux, car on avait encaissé pas mal de points à l’aller, poursuit le troisième ligne Arnaud Aletti. On avait à cœur de se rattraper et on se relance bien. On est fiers. »

Fiers notamment d’avoir tenu durant de longues minutes (vingt-trois) en infériorité numérique, dont dix minutes à 13 contre 15. Notamment ces six longues minutes devant leur ligne (21-27e avant de gratter une pénalité). En commettant aussi des fautes, mais avec une envie (trop ?) débordante de ne pas reculer. « On voulait se retrouver en défense, dans l’envie, dans l’agressivité et ça a payé », savoure l’ancien Bayonnais. « Cette générosité, c’est une grande satisfaction, approuve l’ancien manager du Biarritz Olympique. Et on a su être bon dès le début de la partie, ce qui nous a souvent fait défaut cette saison, mais qui aujourd’hui nous donne la victoire. »

« Confiance en nos forces »

L’entraîneur des arrières Arnaud Mignardi avait insisté cette semaine sur ces cruciales premières minutes. Les Dacquois l’ont entendu, menant 11-0 dès la 16e minute de jeu. Et la reprise de la seconde mi-temps fut également idéale, avec l’essai d’Arnaud Aletti, récompensant une magnifique action collective, où 12 Dacquois touchaient le ballon (16-0, 42e). Suffisant à l’USD pour faire un trou définitif, renouer avec le succès et rester dans la course aux phases finales, en remontant à la 5e place. « On voulait montrer que ce n’est pas simple de venir gagner chez nous et retrouver la victoire pour accrocher la qualification, espère Arnaud Aletti. On a confiance en nos forces et on s’accroche. »

Titre
La défense, un des points forts des rouge et blanc samedi.

Crédit photo : Isabelle Louvier / “Sud Ouest”

« L’objectif, c’est de gagner tous les matchs. Le week-end prochain (réception de Chambéry samedi 6 mars à 15 heures, NDLR) puis dans quinze jours à Massy. Si on y arrive, forcément, à la fin de saison, on sera bien placé. » Le manager Jack Isaac, qui a souligné le bon retour Olivier August, absent depuis six semaines et très précieux sur les touches, ne veut pas s’enflammer car il attend beaucoup plus de ses joueurs.

« Je reste un peu frustré par rapport à certaines décisions et certains comportements en seconde mi-temps, qui nous ont mis en difficulté. C’est notre défaut depuis le début de saison. Notre deuxième mi-temps a été largement en dessous dans la gestion et les sorties de camp. On est capable de faire de belles choses mais il y a aussi un manque de lucidité qui nous fait mal. On a un groupe très volontaire, avec de la qualité et un bel état d’esprit. On est capable de produire un très bon rugby, assez ouvert, mais on met beaucoup de temps à gommer des fautes qu’on répète de semaine en semaine, et qui finissent par nous faire beaucoup de mal. Ce groupe a besoin de travailler encore plus individuellement et techniquement pour progresser et espérer être dans les quatre à la fin de saison. »

Les échos de Boyau

Fin de saison pour DréanBlessé au genou droit lors de la défaite face à Tarbes (25-22), le pilier Thibaud Dréan a passé des examens cette semaine qui ont révélé une rupture des ligaments croisés postérieurs. La même blessure que son capitaine Martin Prat il y a quelques semaines. Il sera donc absent pour au moins trois mois et manquera la fin du championnat. Bonne nouvelle toutefois pour l’USD, la recrue Pieter Frantz Stemmet, qui évolue au même poste, a pu faire ses débuts face à Narbonne.Plusieurs blessésCette victoire face aux Audois (19-13) a laissé des traces puisque le demi de mêlée Simon Garrouteigt a dû sortir prématurément (52e), touché au genou. Il boitait bas à la fin de la rencontre, se déplaçant avec une poche de froid sur le genou. Il devrait passer des examens cette semaine. À la fin de la rencontre, l’ouvreur Felipe Berchesi se tenait lui l’épaule droite, espérant avoir seulement reçu un coup. Bidau suspenduLes rouge et blanc seront également privés de Mattieu Bidau, samedi 6 mars, pour la réception de Chambery (15 heures). Le deuxième ligne, déjà averti à Tarbes lors du dernier match, a en effet écopé de deux nouveaux cartons jaunes, synonymes d’exclusion et de suspension pour les semaines à venir. Arnaud Aletti qui a, de son côté, reçu en fin de partie son deuxième avertissement en deux matchs après Tarbes, se retrouve sous la menace d’une suspension en cas de prochain carton. Premières réussiesQuentin Labeyrie (décisif sur le deuxième essai), Antoine Renaud (une pénalité) et Pieter Frantz Stemmet ont disputé leur premières minutes en rouge et blanc, samedi. Joueurs et commentateursBlessés pour la rencontre face à Narbonne, Martin Prat et Thomas Curutchet ont remplacé les journalistes de TV Landes pour commenter en direct la rencontre de leurs coéquipiers. « C’était marrant, un bon exercice, sourit le capitaine Martin Prat. Au début, c’est difficile de prendre ses repères. C’était tendu à la fin du match, on en gardait sous la pédale pour ne pas dire de bêtises (rires). »

Lire l’article original