13 avril 2021

Une météorite aperçue dans le Sud-Ouest et recherchée dans le Lot-et-Garonne

C’est un phénomène qui arrive deux à trois fois par an en France. Une météorite est recherchée dans le Lot-et-Garonne, entre Casteljaloux et Agen. L’énorme étoile, aussi brillante que la Lune, a été aperçue samedi soir de Toulouse à Bordeaux en passant par les Landes. Lire l’article original

Ils n’en ont pas cru leurs yeux. Ce week-end, une énorme étoile filante a traversé le ciel du Sud-Ouest. De Toulouse à Bordeaux en passant par le Pic du Midi, le Gers et les Landes, samedi soir, un “bolide”, aussi brillant que la Lune, a été aperçu par plusieurs habitants. Plusieurs de 80 personnes ont signalé le phénomène sur le site de vigie-ciel, un programme de sciences participatives porté par le Muséum national d’Histoire naturelle. 

Sur les réseaux sociaux certains plaisantent sur l’arrivée des extra-terrestres, depuis son jardin de Labenne, Déborah a d’abord cru à “une lanterne thaïlandaise qui décollait quasi du sol, qui démarrait du sud et qui a suivi une trajectoire en courbe vers le nord. Plus ça avançait et plus c’était brillant. Une lumière vive, jaune, une vraie traînée. Ça a duré à peu près une minute et on a eu un doute, parce que ce n’était pas possible que la lanterne aille aussi loin”

En effet, il s’agissait en fait d’une très grosse étoile filante raconte François Colas, directeur de recherche au CNRS, astronome à l’Observatoire de Paris et responsable du réseau Fripon, qui regroupe 100 caméras, dont 9 ont capté le passage de l’étoile filante dans la région : “Les étoiles filantes quand elles rentrent dans l’atmosphère se consument et retombent en poussière. Mais là, l’étoile filante faisait une dizaine de centimètres, suffisamment gros pour qu’il reste un petit cailloux à la fin, une météorite.” Un phénomène qui se produit seulement deux ou trois fois par an en France, selon le scientifique. 

A la recherche de la météorite

François Colas n’a pas attendu. Il est parti sur le terrain, à la recherche de ce qu’il reste de cette météorite. Ce mardi, il était donc cans le Gers, à Fleurance, à la Ferme des Etoiles et a ensuite pris la direction du Lot-et-Garonne. Selon ses calculs, la météorite ferait la taille d’une grosse mandarine, pèserait environ 150 grammes. Une zone de recherches a ainsi été déterminée, quelques kilomètres carrés près d’Aiguillon, entre Casteljaloux et Agen. 

Zone de chute de la (ou des) météorite(s). La zone de chute calculée (zone orange) tient compte des paramètres de l’atmosphère (vent et pression) et d’une possible fragmentation, les plus gros objets moins freinés se trouveraient plus au nord
Zone de chute de la (ou des) météorite(s). La zone de chute calculée (zone orange) tient compte des paramètres de l’atmosphère (vent et pression) et d’une possible fragmentation, les plus gros objets moins freinés se trouveraient plus au nord

Mais la zone reste vaste, c’est pour ça que le directeur de recherche, accompagné de Mickaël Wilmart, de la Ferme des Etoiles, ont commencé un travail de reconnaissance, “aller voir les agriculteurs, la gendarmerie, les mairies, les écoles”, explique François Colas, avant peut-être de structurer un peu plus les recherches dans les jours à venir. 

On a besoin du public pour nous aider

Les habitants de la zone et les promeneurs sont également invités à ouvrir l’œil, regarder les bords de chemin, vérifier dans son jardin. “Que les gens soient prévenus qu’on cherche une pierre noire, différente des autres”

Car, retrouver cette météorite a un vrai intérêt scientifique, poursuit François Colas : “Pour faire de la science, nous avons de la matière fraîche, la météorite est dans l’état dans lequel elle était dans l’espace. Pas du tout altéré. Nous c’est ça qu’on cherche, pour l’étudier en laboratoire. On trouve beaucoup de météorites qui proviennent des déserts, mais qui sont tombées il y a plusieurs milliers voire millions d’années et donc fatalement détériorées.” Il compare cette recherche au rover Perseverance, sur Mars : “Une de ses missions c’est de ramener des échantillons, nous on attend que les échantillons nous tombent sur la tête.”

En cas de découvert, contacter les membres de l’association A Ciel Ouvert – Ferme des étoiles ou utiliser l’adresse mail vigie-ciel@mnhn.fr.

Grâce aux caméras du réseau Fripon, l’orbite, c’est-à-dire d’où vient la météorite dans le système solaire, est identifié. C’est assez rare de pouvoir identifier l’orbite, “à l’échelle du monde entier, il y en une quarantaine”. La météorite recherchée dans le Lot-et-Garonne vient d’une zone entre Mars et Jupiter

Lire l’article original