30 juillet 2021

Une centaine de personnes manifeste à Mont-de-Marsan contre l’extension du pass sanitaire

Une centaine de personnes a manifesté à Mont-de-Marsan ce samedi, pour protester contre la vaccination obligatoire pour les soignants contre le Covid-19 et l’extension du pass sanitaire. Lire l’article original

Ils étaient plusieurs milliers en France, ce samedi. Une centaine de personne est descendue dans la rue à Mont-de-Marsan également, pour protester contre la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19 et l’extension du pass sanitaire. Le projet de loi, annoncé par Emmanuel Macron le 12 juillet, sera présenté ce lundi en Conseil des ministres, avant son passage à l’Assemblée nationale puis au Sénat, en vue d’une adoption définitive d’ici la fin de semaine prochaine.

A Mont-de-Marsan, entre la place Saint-Roch et la mairie, ils étaient donc une centaine à défendre leurs “libertés fondamentales” selon leurs mots, contre une vaccination obligatoire donc mais pas “contre les vaccins”, insistent certains. Parmi eux, Antoine, éducateur à Mont-de-Marsan et père de quatre enfants : “Je défend notre liberté de nous faire soigner comme on souhaite être soigné. On ne peut pas attenter à notre liberté corporelle. C’est important de respecter le choix de ne pas se faire vacciner, qui est de l’ordre de nos libertés individuelles”, argumente-t-il. 

Les manifestants, comme Marlène, aide-soignante à Luxey, dénoncent aussi la stigmatisation des soignants : “On me dit que je suis égoïste, que je ne suis pas solidaire, pas responsable. Je trouve ça aberrant alors qu’on met toute notre énergie à soigner nos patients. Ce n’est pas reconnaissant du travail que l’on fait. Et chacun est libre de penser ce qu’il veut”.

Pourtant, rapidement dans la discussion, les arguments contre l’obligation vaccinale deviennent des arguments contre le vaccin en lui-même : “Je n’ai pas peur du virus, j’ai peur du vaccin, nous sommes en phase 3 (de l’étude clinique, ndlr) donc je ne suis pas un cobaye”, estime cette infirmière du privé, qui préfère rester anonyme. Au fur et à mesure, parmi les arguments avancés, beaucoup de théories plus ou moins complotistes émergent dans les discours. Ainsi sont évoqués dans le désordre l’Ivermectine, traitement testé sur des hamsters, ou la théorie selon laquelle la vaccination crée les variants, pourtant démentie à de nombreuses reprises par virologues et immunologues.

Lire l’article original