21 avril 2021

Un avocat harcelé depuis plus de 30 ans par la même femme à Dax

Une femme de 59 ans été condamné à un an et demi de prison dont 6 mois ferme pour avoir harcelé un avocat pendant plus de 30 ans à Dax, dans les Landes. Elle l’épiait et le suivait partout. Lire l’article original

La Dacquoise de 59 ans harcèle un avocat de la cité thermale pendant près de 35 ans. Elle avait déjà été condamnée à un an de prison ferme pour les mêmes faits, avant de recommencer en 2019. Après 2 nouvelles plaintes de l’avocat, elle a finalement été interpellée ce jeudi 11 mars, puis condamnée ce vendredi 12 mars, à l’issue d’une CRPC immédiate, une comparution sur reconnaissance préalable de la culpabilité.

Treize ans avant la première plainte

L’histoire débute dans les années 80, la Dacquoise est une ancienne cliente qui ne lâchera plus jamais l’avocat. Elle l’épie, elle l’attend devant son cabinet, son domicile. Elle lui envoie des lettres d’amour. L’avocat supporte, endure pendant 13 ans avant de finalement déposer les premières plaintes.  La harceleuse écope de rappels à la loi puis des premières condamnations en justice mais ça ne l’arrête pas. 

Le harcèlement continue malgré les condamnations en justice

En 2015, elle est condamnée à un an de prison ferme. Elle a aussi l’interdiction d’approcher l’avocat jusqu’au 31 mai 2019. Le 1 juin 2019, elle est devant chez lui. Il déposera une plainte quelques mois plus tard en novembre 2019. La Dacquoise ne répond pas aux convocations de la police.  L’avocat dépose une nouvelle plainte en décembre 2020. C’est finalement cette semaine, jeudi 11 mars,  qu’elle finit par être arrêtée, interpellée en flagrant délit, à midi devant le domicile de l’avocat. 

Psychose paranoïaque obessionnelle

La femme de 59 ans souffre de psychose paranoïaque obsessionnelle. L’expertise psychiatrique réalisée pendant sa garde-à-vue a cependant conclu qu’elle était apte à une sanction pénale. Elle a été jugée hier matin et a partiellement reconnu les faits.

Elle a été condamnée à 18 mois d’emprisonnement dont 12 mois de sursis probatoire renforcé avec obligation de soin et interdiction d’approcher la victime pendant trois ans.

Lire l’article original