21 avril 2021

Un an après le confinement, Sylviane, aide à domicile : “Certains bénéficiaires ont refusé de nous recevoir”

Il y a un an, face à la pandémie de coronavirus la France était confinée. Nous avons tous rencontré des gens qui se sont mobilisés durant cette période. Ce sont nos héros des territoires. Ce 17 mars 2021, France Bleu Gascogne a rencontré Sylviane, aide à domicile à St-Vincent-de-Tyrosse. Lire l’article original

Sylviane est aide à domicile depuis 2010 et travaille sur le secteur de Saint-Vincent-de-Tyrosse. Salariée de l’association Aide à Domicile en Milieu Rural, elle fait partie des 650 aides à domiciles qui accompagnent 5838 bénéficiaires chaque jour à travers le département. Le 17 mars 2020, elle a entamé sa tournée comme chaque jour. Un an après cette période, ce mercredi, France Bleu Gascogne publie son témoignage à l’occasion de la journée spéciale de France Bleu “2020-2021 : 12 mois avec le coronavirus qui ont changé nos vies”.

Certains bénéficiaires ont refusé de nous recevoir durant le premier confinement

Les premiers jours sont difficiles, c’est indéniable. Entre les gardes, simple moment présence auprès d’un bénéficiaire isolé, qui sont supprimées et les personnes effrayées par le Covid qui refusent que Sylviane vienne les aider pour la toilette, le repas ou le ménage ; l’aide à domicile doit s’adapter en permanence.

Sylviane continue de noter ses tournées sur un papier, un support qu'elle préfère à l'application mobile
Sylviane continue de noter ses tournées sur un papier, un support qu’elle préfère à l’application mobile © Radio FranceAnna Bonnemasou Carrère

Au début, personne ne savait vraiment ce qui se passait. Il fallait toujours prendre le temps d’expliquer, de répéter, de leur montrer qu’on se protéger, de rassurer les gens, pour qu’il nous laisse les aider.” A force de persévérance Sylviane parvient à maintenir les rendez-vous les plus indispensables de sa tournée, continuer d’aller voir ceux qui ne peuvent se passer de son soutien, seul chez eux. 

Ces tournées ont permis à nombre de personnes isolées, d’éviter le placement en maison de retraite, en Ehpad, ou l’hospitalisation pour ceux malades. Ce maintien à domicile à contribuer à soulager la pression en milieux hospitaliers et médicaux au plus fort de la crise. 

Je ne suis pas une héroïne, je fais juste mon métier

Sylviane fait partie des héros du quotidien : malgré les risques de croiser le virus, elle a continué d’exercer. La priorité était d’assurer le minimum pour ses bénéficiaires. Quand on lui fait la remarque aujourd’hui elle pouffe derrière son masque “Ah non, on fait juste notre métier ! Ce sont les soignants les vrais héros, nous, on a pas fait face au virus de manière aussi frontale.” 

Sylviane accompagne lors de la préparation des repas du midi et du soir.
Sylviane accompagne lors de la préparation des repas du midi et du soir. © Radio FranceAnna Bonnemasou-Carrère

Si la réponse de Sylviane est modeste, Yvette, l’une des bénéficiaires n’est pas de cet avis. “Je ne vois personne si elle ne vient pas. Heureusement qu’elle est là !“.

Lire l’article original