23 juin 2021

Trois ans après la mort de Saïd El Barkaoui à Ychoux, une manifestation organisée dans les Landes

Ils étaient plus d’une soixantaine à manifester place Saint-Roch à Mont-de-Marsan, ce samedi matin. Un rassemblement organisé par les proches de Saïd El Barkaoui. En mai 2018, Claude Gorsky, remis en liberté depuis, lui a tiré cinq balles dessus. Le père de famille est mort deux semaines plus tard. Lire l’article original

C’était il y a trois ans, presque jour pour jour : le drame d’Ychoux. Trois ans après, il étaient encore plus d’une soixantaine ce samedi 5 juin au matin à manifester sur la place Saint Roch à Mont-de-Marsan. Une manifestation en hommage à Saïd El Barkaoui. Le 20 mai 2018, un voisin,  nommé Claude Gorsky, lui tire cinq balles dans le corps. Le trentenaire, père de famille, décède 2 semaines plus tard. En novembre dernier, la notion de racisme a été retenue par l’instruction. Claude Gorsky sera donc jugé cet automne pour tentative de meurtre avec préméditation, en raison de l’appartenance réelle ou supposée à une ethnie, une nation ou une prétendue race. Mais en attendant le procès, la famille de Saïd El Barkaoui s’étonne que le mis en examen soit en liberté, même sous contrôle judiciaire, et dénonce une couverture médiatique trop absente.

De nombreuses personnes se sont retrouvées place Saint-Roch, à Mont-de-Marsan, ce samedi 5 juin à 11h
De nombreuses personnes se sont retrouvées place Saint-Roch, à Mont-de-Marsan, ce samedi 5 juin à 11h © Radio FranceLou Bourdy

Une situation inacceptable pour la sœur de la victime

Jamila El Barkaoui était présente ce samedi matin dans les Landes, à Mont-de-Marsan. Pour la sœur de la victime, très difficile d’accepter que le mis en examen, Claude Gorsky, soit en ce moment en liberté sous contrôle judiciaire. “Je mène ce combat pour rendre justice à mon frère qui a été abattu car il avait des origines marocaines, témoigne Jamila El Barkaoui. Nous avons toujours du mal à vivre le fait que cet individu est en liberté sous contrôle judiciaire. La seule contrainte qu’il a, c’est d’aller tous les 15 jours se présenter à la gendarmerie. Pour avoir abattu mon frère de 5 balles devant ses enfants, je trouve cela inadmissible.” 

Cet individu n’a pas à être à l’extérieur, sa place est en prison – Jamila El Barkaoui

La mère de Jamila et de Saïd El Barkaoui a participé également à la manifestation : “Si je me bats, c’est pour mon frère, mais aussi pour toi et papa, déclare, très émue, Jamila El Barkaoui. Comment on a pu libérer cet assassin, au motif que, lorsqu’on a fait la marche blanche, il n’y a pas eu de troubles à l’ordre public. Cet individu n’a pas à être à l’extérieur, sa place est en prison.”

Saïd El Barkaoui, trentenaire, père de famille, est décédé 2 semaines après avoir reçu les 5 coups de fusils
Saïd El Barkaoui, trentenaire, père de famille, est décédé 2 semaines après avoir reçu les 5 coups de fusils © Radio FranceLou Bourdy

L’absence des médias nationaux ?

Pour les proches de Saïd El Barkaoui, les médias n’ont pas assez traité ce drame : “Il n’y a pas de raison que ce genre de drame soit plus médiatisé dans des villes que dans des campagnes, regrette la sœur de la victime. La mort d’un être humain est aussi importante en ville qu’en campagne. En 2018, à Ychoux, tout le monde s’est mobilisé. Au niveau national, aucun média n’a répondu. Pourtant, un après ils sont venus faire un sujet sur la pénurie de médecin dans la commune. Je sais que ce sujet est important, mais ils n’ont pas parlé du drame de mon frère.”

Récemment, la sœur de la victime a été contactée par une journaliste du Parisien : “Je la remercie, mais elle parle d’une querelle sur fond de musiques orientales, alors que mon frère, Français, n’écoutait pas de musique orientale. Ce n’est pas parce qu’on est marocains qu’on écoute de la musique orientale“, regrette Jamila El Barkaoui.

Claude Gorsky devrait comparaître cet automne devant la Cour d’Assises des Landes. Le retraité est poursuivi pour tentative de meurtre avec préméditation, en raison de l’appartenance réelle ou supposée à une ethnie, une nation, ou une prétendue race.

Lire l’article original