9 décembre 2021

Toros en Aire, le concours de cancres et le courage d’Olsina

Le final de la saison taurine dans le sud-ouest ce dimanche après-midi à Aire- sur- l’Adour. Novillada concours de la peña « Les Arsouillos ».Carlos Olsina, Francisco Montero et Manuel Diosleguarde pour affronter six novillos de six élevages différents en concours. Lire l’article original

Une novillada concours très sérieusement préparée par les aturins des Arsouillos qui avaient à cœur de faire une proposition renouvelée.

Carlos Olsina. Vingt-cinq ans, biterrois. Trois saisons avec la cavalerie. Onze contrats cette année dont Soustons, Roquefort et Parentis, sans que ce soit probant. Il y a deux ans, temporada de vraie référence, il avait participé à treize corridas avec des succès réguliers. Il avait à affronter l’Escolar et l’Agustinez. Francisco Montero est de Chiclana, près de Cadix. Vingt-neuf ans, le pas tout jeune. Début avec la cavalerie en 2017. Tardif le gars ! Dix novilladas cette année, dont un passage à Mugron où il a coupé une oreille à un Jose Cruz. Pour le reste, plutôt du mou. En 2019 il avait triomphé à St Sever, Arnedo, Villaseca, arènes de référence pour les novilladas. Il avait toréer le Yonnet et le Turquay. Manuel Disoleguarde. Le plus abouti des trois. Fin novillero classique et classieux. Vingt et un printemps. En novillada depuis juin 2018, deux oreilles pour sa présentation à Ledesma, à coté de Salamanque, d’où il est originaire. Vingt-six novilladas il y a deux ans, bien passé à Hagetmau. Seize contrats cette temporada. Très bien à Parentis, à Madrid, à deux reprises, bien quasiment partout.   Il avait à se cogner le Flor de Jara et l’Astarac.

Olsina,, une volonté, deux coups de corne, un tour à l'infirmerie , un courage!
Olsina,, une volonté, deux coups de corne, un tour à l’infirmerie , un courage! © Radio FrancePab

Une oreille pour Francisco Montero, une pour Manuel Diosleguarde. Une novillada concours fortement décevante par les toros

Les organisateurs aturins avaient œuvré avec opiniâtreté pour valoriser leur novillada annuelle dans la recherche du renouvellement. Mais l’on n’est pas toujours rémunéré au prix de son labeur. La concours désirée n’a pas apporté la satisfaction escomptée, loin s‘en faut. Une course fort décevante en bien des points. La présentation des six novillos issus d’autant d’élevages a été hétéroclite, avec du beau, Yonnet, Astarac, Escolar, du moyen, et du pas fameux aussi.  Comportements tous égaux par contre, dans le médiocre, tant à la pique que dans les  leurres. Exception faite et encore du Flor de Jara. Toros fuyards, faiblards, décastés. Ainsi va la vie taurine ! Les jeunes hommes quant à eux de leur côté n’ont pas été à la noce. Montero coupe une oreille contestée car superflue. On a déjà oublié. Carlos Olsina se fait prendre au premier toro. Deux sales coups de corne dans la verge et à travers un testicule. Le biterrois part à l’infirmerie et revient avec une volonté farouche et en jean’s toréer l’ultime. Restera la grande saveur de Manuel Diosleguarde. Une fois encore le castillan fait état de son bon gout, de  son savoir et de son classicisme classieux. 

C’était la dernière corrida de la saison.

Lire l’article original