21 juin 2021

Surf : l’Ondrais Joan Duru champion du monde au Salvador

Cette fois, il a été au bout de son rêve. Lésé il y a quatre ans, sur la Grande Plage de Biarritz, quand le Mexicain Johny Corzo était venu lui souffler le titre mondial qui, de l’avis de tous les obs… Lire l’article original

Médaillé d’or au championnat du monde pour la première fois de sa carrière, le surfeur ondrais offre à la France son deuxième titre mondial par équipe de son histoire

Cette fois, il a été au bout de son rêve. Lésé il y a quatre ans, sur la Grande Plage de Biarritz, quand le Mexicain Johny Corzo était venu lui souffler le titre mondial qui, de l’avis de tous les observateurs à l’exception des juges, aurait dû lui revenir, Joan Duru a mis tout le monde d’accord ce dimanche 6 juin au Salvador, en devenant champion du monde ISA (International surf association).

“ Je ne réalise pas”

« C’est énorme, je ne réalise pas, je suis trop content d’avoir gagné », soufflait le surfeur d’Ondres de 32 ans à la Fédération française de surf, peu après avoir été happé par tous ses coéquipiers de l’équipe de France, sacrée championne du monde des nations. « Je suis parti de loin, j’y suis allé petit à petit, et je me suis senti de mieux en mieux pour finir en beauté. Franchement, j’ai juste surfé série après série, je n’ai pas pensé à ce moment », poursuivait le Landais, qui avait débarqué en Amérique centrale sans trop de repères en compétition, après une saison blanche en raison du Covid et des résultats décevants lors des deux QS 3 000 de reprise, en mai dernier, au Portugal.

Sur le meme sujet

Pour Joan Duru, tout s’est joué au cours de la 306e série des championnats du monde. La plus simple de cette 8e et dernière journée de la compétition, qui pour le Landais, avait mal débutée, après une troisième place dans la finale de tableau l’obligeant à passer par les repêchages. Un obstacle qu’il a franchi au terme d’une intense et incertaine bataille avec le Japonais Ohhara, vainqueur du heat, qu’il retrouvera deux heures plus tard lors de la grande finale, à laquelle l’autre tricolore, Jérémy Florès, a aussi pris part.

Le poing serré du champion du monde 2021.
Le poing serré du champion du monde 2021.

ISA

Mais cette fois, le duel va faire long feu, Duru envoyant deux énormes scores sur ses deux premières vagues (7,67 et 7,27), prenant rapidement la tête de la finale, pour ne plus la lâcher. « Je n’ai pas vu le temps passer, confessait le champion du monde. « J’ai vraiment compris que j’étais en tête à 10 minutes de la fin. Ça a été compliqué à gérer tactiquement. J’étais quand même en finale avec Jérémy et Kanoa (Igarashi), deux des meilleurs surfeurs du monde. J’ai surfé un peu les gauches, mais j’ai préféré rester sur les droites car je me savais meilleur sur mon backside. Je ne voulais pas gêner Jérémy non plus, car je voulais qu’on fasse 1 et 2 (Florès terminera troisième). »

Joan Duru a plié la finale grâce à deux grosses vagues
Joan Duru a plié la finale grâce à deux grosses vagues

ISA

Ce sacre mondial a sans nul doute un petit goût de revanche pour le surfeur landais. Blessé lors de sa dernière année sur le CT en 2019 et rétrogradé en QS, il avait perdu son sponsor principal (Volcom) avec lequel il était lié depuis plus de dix ans, quand la pandémie a frappé. « Il n’y avait plus de compétition, je n’avais plus de motivation, souligne-t-il. Et puis en début d’année, je retrouve un sponsor, les compétitions reprennent et je gagne ces Mondiaux ! Je remercie toute ma famille, mon père qui a été champion du monde lui aussi, et surtout Maud (Le Car, sa compagne, NDLR) qui s’est blessée et qui aurait pu être là. J’ai gagné pour elle. »

Lire l’article original