23 juin 2021

SONDAGE – Élections régionales : le Rassemblement national gagne du terrain en Nouvelle-Aquitaine

On vote dans un peu plus de dix jours pour les élections régionales et la candidate du Rassemblement national, Edwige Diaz, est en tête des intentions de vote au premier tour en Nouvelle-Aquitaine selon un sondage Ipsos réalisé pour France Bleu et France 3 et publié ce mercredi 9 juin 2021. Lire l’article original

Le Rassemblement national en tête au premier tour des élections régionales en Nouvelle-Aquitaine. C’est ce qui se profile pour le 20 juin prochain d’après un sondage Ipsos / Sopra Steria* réalisé pour France Bleu et France 3 publié ce mercredi (voir plus bas les détails du sondage). La candidate RN, Edwige Diaz, est créditée de 27% des intentions de vote, contre 25% pour le sortant Alain Rousset. Au second tour, dans l’hypothèse d’une quadrangulaire, le socialiste serait élu à la tête de la région avec 36% des voix et Edwige Diaz obtiendrait 28% des suffrages. Une première enquête, publiée le 6 mai dernier, donnait Alain Rousset en tête mais talonné, au premier tour, par la candidate du Rassemblement national. Un mois plus tard, Edwige Diaz a gagné du terrain. Le politologue Jean Petaux livre son analyse approfondie de cette étude pour France Bleu.

Une crédibilité supplémentaire pour la candidate Rassemblement national

Edwige Diaz peut-elle “surfer” sur les résultats de ce sondage ? Pour Jean Petaux, “ça conforte sa position.” Le politologue se réfère aux résultats du candidat Front national, Jacques Colombier, en 2015. Au premier tour des régionales, il avait obtenu un peu plus de 23% des voix avec une abstention relativement élevée (49%). Au second tour, l’abstention était descendue à 42% et Jacques Colombier avait obtenu près de 22% des voix. “Avec 27% des intentions de vote, rajouté au fait qu’elle est devant le président sortant, Edwige Diaz joue en première division, en tous les cas, dans une position forte dans la perspective du premier tour.” Cependant, “les choses peuvent encore évoluer puisque 35% des personnes interrogées dans ce sondage indiquent sont encore incertaines sur leur choix.” 

Voir l’infographie en plein écran

Les électeurs de François Fillon séduits par Edwige Diaz

Le sondage publié ce mercredi propose également une mise en perspective des intentions de vote au premier tour des régionales des personnes interrogées avec les choix qu’elles ont faits en 2017, lors du premier tour de la présidentielle. Et on s’aperçoit par exemple que 30% des électeurs de François Fillon en 2017 se tournent vers la tête de liste du Rassemblement national pour les régionales. “Le magnétisme d’Edwige Diaz fonctionne sur cet électorat qu’on appelait traditionnellement la droite républicaine. Autre élément intéressant, a contrario, quand on prend l’électorat Macron au premier tour de la présidentielle en 2017, on constate que 40% de cet électorat dit voter Darrieussecq, candidate LREM-Modem de la majorité présidentielle. Mais 35% de l’électorat Macron dit aussi vouloir voter Rousset. Ainsi 75% de l’électorat Macron se divise entre Darrieussecq et Rousset.”

La France des “gilets jaunes” qui s’exprime ?

Depuis le début de la campagne, Edwige Diaz martèle sa volonté de mener une “démétropolisation”, de privilégier les zones rurales par rapport aux grandes villes de Nouvelle-Aquitaine. Ce discours résonne probablement chez les sympathisants des “gilets jaunes”. Par exemple, relève Jean Petaux,“40% des personnes interrogées indiquent, comme priorité numéro un de la Région, l’aménagement du territoire pour faciliter la vie en zone rurale.” Deuxième priorité indiquée par les personnes sondées : la modernisation du secteur économique, création d’entreprises innovantes et d’emplois sur le territoire. “Cette variable-là est plutôt favorable à Alain Rousset parce qu’on sait que c’est son socle d’intervention à la région, au moins pour l’Aquitaine depuis 1998.”

Pourrait-on voir la Nouvelle-Aquitaine basculer dans le giron du Rassemblement national le 28 juin ? Jean Petaux : “S’il n’y a pas de fusion pour le second tour, c’est une possibilité. Si nous assistons à une pentagulaire, avec cinq listes, Edwige Diaz pourrait sortir en tête au soir du second tour. Elle empochera la prime dite majoritaire, ce qui lui assurera en sièges, sinon une majorité confortable, du moins une majorité relative. C’est ça, l’enjeu. C’est pour ça que, d’une certaine façon, ce que nous dit la projection de résultats du premier tour oblige des listes à fusionner entre les deux tours. Et, concrètement, oblige Alain Rousset à trouver des alliés au deuxième tour.” Alain Rousset qui pourrait notamment se rapprocher des écologistes (avec lesquels il était allié dès le premier tour en 2015). Pour pouvoir prétendre à une alliance, il faut avoir récolté au moins 5% des suffrages exprimés. Pour se maintenir au second tour, il est nécessaire d’avoir récolté plus de 10% des suffrages. Selon l’enquête révélée ce mercredi, la liste menée par le candidat EELV Nicolas Thierry obtiendrait 9% des intentions de vote au premier tour (contre 10% lors du sondage publié le 6 mai dernier). 

Deux échappés et un deuxième groupe – Jean Petaux, politologue

Pour autant, pour Jean Petaux, “il faut prendre les précautions qui s’imposent avec ce genre d’estimation* . Les scores qui sont prêtés à Edwige Diaz ou Alain Rousset peuvent varier de plus ou moins 2,5%. Deux points d’écart, cela peut être aussi une égalité ou une inversion de l’ordre. Ce qui est intéressant à noter c’est que vous avez bien, désormais, parmi les listes candidates, deux groupes : deux échappés qui font la course en tête, c’est-à-dire Edwige Diaz et Alain Rousset ; et puis, dans un deuxième groupe, des listes qui sont plutôt entre 9 et 17%. Je pense en particulier à trois listes, celle de Nicolas Thierry (EELV), la liste de Nicolas Florian (Les républicains) et la liste de Geneviève Darrieussecq (LREM, Modem, UDI).”

À suivre ce mercredi 9 juin, un débat entre les huit têtes de listes, réalisé en partenariat avec France 3 et diffusé sur francebleu.fr en fin de journée. 

Les candidats aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine :

  • Geneviève Darrieussecq (La République en Marche, MoDem et UDI)
  • Edwige Diaz (Rassemblement National)
  • Clémence Guetté (La France Insoumise, NPA)
  • Nicolas Florian (Les Républicains)
  • Guillaume Perchet (Lutte Ouvrière)
  • Eddie Puyjalon (Le Mouvement de la Ruralité – Résistons !)
  • Alain Rousset (Parti Socialiste, PCF et PRG)
  • Nicolas Thierry (Europe Écologie Les Verts, Génération.s)

* Sondage Ipsos / Sopra Steria pour France Bleu et France 3, réalisé du 3 au 7 juin 2021 auprès de 1.000 personnes inscrites sur les listes électorales de Nouvelle-Aquitaine, âgées de 18 ans et plus, constituant un échantillon représentatif dans la région.

Lire l’article original