9 décembre 2021

Seignosse : la station d’épuration saturée bloque des permis de construire

On ne construit plus à Seignosse ou en tout cas plus d’habitats collectifs. Depuis de nombreux mois sur la commune, des projets de construction d’habitats collectifs sont bloqués par la mairie. Cette dernière attend des travaux sur sa station d’épuration pour signer les permis de construire. Lire l’article original

On connait les difficultés, la tension sur le logement sur cette zone de la côte Sud des Landes. Depuis des mois, la mairie de Seignosse bloque des permis de construire pour des projets d’habitats collectifs  parce que les infrastructures de la commune ne peuvent plus assumer un trop grand nombre de logements neufs. En cause : la station d’épuration des eaux usées est sous dimensionnée

Lors du dernier conseil municipal de Seignosse, l’opposition municipale est tombée sur le maire de la commune, lui reprochant ces permis de construire bloqués. Ce serait “des dizaines” de projets de logement dont la mairie de Seignosse bloquerait les permis de construire dénonce l’opposant en chef de Seignosse, l’ancien maire Lionel Camblanne. Mais selon le maire actuel, seul deux projets de promoteurs seraient bloqués.  

Il n’y a plus aucune famille qui peut se loger à Seignosse“, lance Lionel Camblanne, l’ex premier magistrat du village défait lors des dernières élections municipales. “Cela fait plus de deux ans qu’il y a de la rétention de permis de construire notamment pour tous les immeubles collectifs au niveau de la commune. Donc aujourd’hui, il n’y a plus aucun projet qui sort. Il y a une vraie demande des administrés, cela pose quand même un problème“.  

Avis défavorable de la police de l’eau

Pierre Pécastaing assume ce blocage des permis de construire d’autant qu’il y est contraint. L’actuel maire de Seignosse explique que la police de l’eau, service décentralisé de l’Etat, a émis un avis défavorable concernant la construction de nouveaux logements en habitats collectifs : “le rapport de la police des eaux dit simplement que concernant la station d’épuration, elle est sous-dimensionnée en période de pointe“. Ce que confirme un document publié en décembre 2019 sur le site de la mairie de Seignosse qui évoque : “le taux de charge organique actuelle pour la période estivale de la station d’épuration correspond à 116% de la capacité nominale de la station d’épuration actuelle“. Et ce que confirme la préfecture des Landes que nous avons sollicité : “Des avis ont été donnés par la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) des Landes entre mars et mai 2021 sur des projets de maisons d’habitation et de lotissements sur la commune de Seignosse. Ils étaient tous défavorables dans la mesure où la capacité de la station d’épuration est atteinte“.

En période de pointe on arrive à un dimensionnement qui est trop juste et donc, il faut que l’on réalise des travaux pour que la station soit en capacité d’absorber “, poursuit Pierre Pécastaing, le maire de Seignosse, qui explique que ces travaux de mise en conformité de la station sont prévus, les demandes d’autorisations déposées et que, normalement, les premiers coups de pelleteuses doivent être donnés au premier semestre 2022. “A partir du moment où ces éléments là seront levés, d’autant que nous, on aura pu avancer sur notre stratégie urbaine, bien sûr que les permis de construire pourront repartir sur les terrains constructibles“, conclu Pierre Pécastaing. 

“C’est du bluff”

Pour autant, l’excuse de la station d’épuration sous dimensionnée ne semble pas faire mouche chez l’opposant Lionel Camblanne : “C’est du bluff ! Ils se sont fait élire sur la promesse qu’il y aurait moins d’urbanisation à Seignosse. C’est beaucoup plus facile de se cacher derrière un tiers que d’assumer le fait de faire de la rétention pour des raisons politiques“. 

Sauf que la préfecture donne raison au maire de Seignosse et donc tort à son opposant. Car si effectivement le maire peut, sur le papier, passer outre les avis défavorables de la DDTM, la préfecture des Landes explique que dans un deuxième temps, celle-ci peut refuser les permis de construire dans le cadre du contrôle de légalité, ce qui engagerait les parties dans de longues procédures. Et si Pierre Pécastaing admet vouloir calmer la spéculation immobilière sur sa commune et profiter de cette pause imposée pour réfléchir à son Plan Local d’Urbanisme, il admet tout de même que sa commune manque de logement sociaux pour les familles. 

Lire l’article original