16 mai 2021

Ségur de la Santé : à Mont-de-Marsan, les salariés d’une Maison d’accueil spécialisée craignent d’être oubliés

Ils demandent l’équité de salaire. Une quarantaine d’agents de la Maison d’accueil spécialisée Simone-Signoret à Mont-de-Marsan (Landes) se sont rassemblées quelques minutes devant leur établissement ce lundi midi. Elles ne veulent pas être les oubliées du Ségur de la Santé. Lire l’article original

Devant l’entrée, deux banderoles sont accrochées et les messages sont clairs : “A travail égal, salaire égal.” Comme plusieurs de ses collègues, ce lundi midi, Maryline a manifesté devant la Maison d’accueil spécialisée (MAS) Simone-Signoret à Mont-de-Marsan. Une quarantaine de personnes se sont retrouvées pour dire leur colère et leur sentiment d’injustice. 

Il se disent “oubliés” du Ségur de la Santé. Eux aussi veulent avoir droit à la revalorisation salariale de 183 euros mensuels accordée notamment aux agents hospitaliers et aux personnels des Ehpad, mais sauf que leur statut n’est pas le même. “Nous, Maison d’accueil spécialisée, qui accueillons un public polyhandicapé, nous avons les mêmes fonctions, nous avons la même mission”.

L’animatrice et auxiliaire de soins compare avec la MAS Mosaïques, à Saint-Paul-lès-Dax : “C’est une MAS hospitalière et à ce titre là, tous les agents ont eu le droit à la revalorisation. Mais la MAS Simone-Signoret, qui est une MAS territoriale , a été oubliée par l’ARS et la mission Laforcade, qui avait pour objet de recenser tous les agents des secteurs qui ont œuvré au cours de la pandémie.” 

Là est l’incompréhension. Maryline, qui approche de la retraite, insiste également sur les “zéro cas covid, grâce à nos efforts. Donc pourquoi on ne bénéficierait pas de cette revalorisation ?”

Les discussions du Ségur de la Santé ne sont pas terminées, les agents de la MAS montoise espèrent toujours être entendus, notamment par Michel Laforcade, ancien directeur de l’ARS dans les Landes. En attendant, Maryline en appelle à la mobilisation des habitants : “A Paris, sur les ponts on accroche des cadenas  pour signifier qu’on est amoureux, et bien là venez accrocher un petit ruban sur les grilles de la MAS en signe de soutien.”

Lire l’article original