16 septembre 2021

Saison des cèpes dans les Landes : “Les cueilleurs vont être surpris cette année”

Une saison des cèpes imprédictible, ou presque ! Le début de la cueillette approche. Cette année, entre le gel, la sécheresse et les pluies intenses qui se sont succédé en l’espace de quelques semaines, la saison s’annonce mauvaise… mais pas partout. Lire l’article original

Dans quelques semaines, autour de septembre-octobre, les amateurs de champignons vont se mettre à la recherche des cèpes. Cette année, faire des prédictions sur la quantité de champignons qu’on pourra trouver dans les Landes n’est pas chose aisée. On peut, en général, savoir si le millésime sera généreux ou non grâce à la météo du printemps. Mais la météo capricieuse de cette année, et de l’année dernière bouscule les habitudes. “Il y a eu beaucoup de froid au printemps avec des gelées très tardives ; beaucoup de pluie en mai et juin et très peu de canicule”, rappelle Frédéric Placin, scientifique basé à Biscarosse, qui a installé une boletière pour pouvoir étudier les cèpes.

La conséquence, c’est que les coins habituels à cèpes n’ont pas pu se recharger et risquent de ne presque pas donner cette année. Faut-il craindre une très mauvaise saison partout ? Pas forcément. Car cette année pourrait voir se manifester un phénomène particulier. “En octobre 2020, on a eu beaucoup de pluie et les zones basses ont été très vite inondées. Elles se sont arrêtées de produire et les champignons sont restés dans le sol. Mais le potentiel est en place et il va produire cette année”, souligne Frédéric Placin. 

Un phénomène de report très rare

Un phénomène très rare, observé seulement deux fois en 25 ans par ce scientifique passionné. Si la saison s’annonçait bonne, ce phénomène de report serait en quelque sorte invisibilisé, puisque tous les coins donneraient. Or, comme la saison s’annonce mauvaise dans les coins à cèpes habituels, on devrait voir des champignons surtout dans les zones ayant été inondées l’an dernier. Une aubaine d’un point de vue scientifique : “Cela m’intéresse de pouvoir quantifier ce phénomène pour pouvoir le prédire pour les années futures.”, ajoute Frédéric Placin. 

J’espère qu’on aura un choc thermo-hydrique marqué à l’automne, pour qu’on puisse ramasser des champignons en grande quantité, mais ce sera sur une courte période.

De quoi donner un peu plus encore de piment au moment de dénicher les champignons. “Les cueilleurs vont être surpris. Cela ne va pas être simple cette année. Il n’y aura pas beaucoup de champignons dans les zones qui ont beaucoup donné l’an dernier et vice-versa, c’est assez hétéroclite”, souligne Frédéric Placin, qui s’attend à une saison “très particulière et intéressante”. Avec un bémol important : tout dépend encore de la météo des prochaines semaines.

S’il y a un choc thermo-hydrique à l’automne (des pluies abondantes avec une chute bien marquée des températures), les champignons vont sortir : “Il y en aura beaucoup, mais cela ne devrait pas durer longtemps” analyse le professeur. En revanche, si l’automne est très sec ou s’il y a au contraire des inondations comme l’an dernier, il n’y aura pas de champignons.  La conclusion de Frédéric Placin : “La météo a été tellement particulière que je me garderais de faire des prédictions précises. La saison va révéler des surprises je pense.” Avis aux amateurs de cèpes, cette année, il faudra s’armer de patience et sortir des sentiers battus pour trouver son bonheur.   

Lire l’article original