28 juillet 2021

Renouveau des Nouvelles Galeries à Mont-de-Marsan : ce qu’en pensent les habitants

Sur scène au théâtre Le Molière de Mont-de-Marsan, ce mardi 13 juillet : le maire montois, Charles Dayot, deux de ses adjoints, Hervé Bayard et Gilles Chauvin, ainsi que Franck Michaud, chef de projet… Lire l’article original

Environ 70 personnes attentives et concernées se sont rendues à la réunion publique au théâtre Le Molière, mardi 13 juillet, pour poser leurs questions à la mairie et aux parties prenantes du projet de redynamisation du centre-ville

Sur scène au théâtre Le Molière de Mont-de-Marsan, ce mardi 13 juillet : le maire montois, Charles Dayot, deux de ses adjoints, Hervé Bayard et Gilles Chauvin, ainsi que Franck Michaud, chef de projet Action Cœur de ville, Pierre Coumat (Altae) et Nicolas Masson (La Clairsienne). Pas de spectacle, mais une présentation : celle du projet de réhabilitation des Nouvelles Galeries tant attendu par les habitants du Moun.

La veille, le 12 juillet, les investisseurs et activités qui occuperont le lieu emblématique ont été annoncés lors du Conseil municipal. En 2025, le bâtiment historique accueillera notamment un hôtel 3 étoiles, un restaurant, un bar sur le toit-terrasse, des commerces, un espace de coworking, des logements étudiants, etc.

Sur le meme sujet

Après la présentation, les questions fusent. « Que deviennent les commerçants pendant les travaux ? », demande une première Montoise, la voix un peu énervée, lors de la réunion publique. Pierre Coumat, de l’entreprise Altae, assure : « On va maintenir leur activité, on va trouver des solutions. »

Faire cohabiter chantier et vie de centre-ville

Une autre question porte sur la vie de la rue Cazaillas pendant la durée du chantier : « Quel impact auront les travaux sur la circulation et les commerces ? » Franck Michaud, responsable du service technique de la Ville se veut rassurant : « Dans le cahier des charges qu’on a mis en place, il y a un certain nombre de clauses à respecter, notamment un chantier propre, une synergie entre la réalisation des deux îlots, pour que les deux chantiers se fassent en parallèle. Peut-être qu’entre les deux chantiers, il y aura des ruptures, sur la fin de la rue Cazaillas, mais sur tout le reste, la circulation sera maintenue. Et on va faire en sorte que l’ensemble des rues commerçantes soient maintenues en l’état, qu’on ait un maintien total de la circulation et des accès aux commerces. »

« Y aura-t-il des horaires décalés ? », demande le même Montois en reprenant le micro. « Il peut y avoir des phases avec des horaires décalés, mais c’est toujours compliqué parce qu’il y a des habitants dans le centre-ville », répond Franck Michaud, qui admet ne pas avoir de réponses précises à apporter pour l’instant. Pierre Coumat ajoute : « On ne commencera pas à 5 heures du matin, on ne finira pas à 22 heures. […] Mais je ne vous donne pas la garantie à 100 % qu’il n’y aura pas de gêne », convient-il.

Sur les réseaux sociaux aussi, le chantier inquiète également : « Ça va être sympa pour circuler en ville quand les travaux vont commencer », commente un Montois sur un de nos posts Facebook. Des habitants sont aussi sceptiques sur l’hôtel : « C’est sûr que proposer une offre ‘‘dortoir’‘ va dynamiser le centre-ville… Grosse déception. » Lors du Conseil municipal, des élus avaient montré leurs inquiétudes pour le secteur hôtelier.

« Il faut que cet immeuble ne passe pas inaperçu »

Pendant la réunion, un Landais lève la main. Il est curieux de l’esthétique du projet : « Prévoyez-vous un éclairage particulier ? » « On n’a rien prévu pour l’instant, reconnaît Pierre Coumat, on travaillera à mettre en valeur le projet. Il faut que cet immeuble ne passe pas inaperçu. » Il décrit ensuite le jeu de lumière qui sera créé par l’activité du lieu, entre les fenêtres des chambres d’hôtel et celles de l’espace de travail.

Pierre Coumat présente les différentes activités qui animeront les Nouvelles Galeries, lors de la réunion publique du 13 juillet.
Pierre Coumat présente les différentes activités qui animeront les Nouvelles Galeries, lors de la réunion publique du 13 juillet.

C. G.

La résidence universitaire interroge aussi, notamment sur l’absence de parking dédié aux jeunes. La mairie annonce réfléchir à des tarifs réduits pour eux au parking du Midou. Une Montoise regrette que ces logements ne soient pas accessibles aux jeunes actifs qui suivent des formations à Mont-de-Marsan. « Ils sont destinés uniquement aux étudiants, y compris ceux en alternance, et aux enseignants-chercheurs, explique Nicolas Masson. Mais avec ces 40 chambres, on libère de la place dans le parc existant. »

« Un beau projet »

« C’est un beau projet », dit Nona à son amie, en sortant du théâtre, vers 20 h 40. Les deux Landaises ont hâte de revoir l’intérieur des Nouvelles Galeries. « Pour un marché de Noël, les portes avaient été rouvertes et ça m’avait rappelé plein de souvenirs », s’exclame Fatih Dehez. Elle déplore juste que le lieu ne soit pas réhabilité pour le passage du Tour de France, le 16 juillet : « C’est notre ‘‘verrue’’.»

« Un beau projet », ce sont les mêmes mots qu’utilise Lydie Lapeyre. Mais elle estime qu’il reste des points d’interrogation, notamment sur le bilan énergétique. « Visuellement, c’est très séduisant, l’opération semble bien pensée. Il faudra voir si les délais sont tenus », conclut-elle.

Marie-Paule Charles, elle, est heureuse de voir que les Nouvelles Galeries vont être réhabilitées, mais elle pointe un manque d’espace de jeu pour les enfants. À ses côtés, Serge s’interroge sur l’absence de végétation autour du bâtiment. Pourtant, les Nouvelles Galeries accueilleront un « îlot fraîcheur » accessible à tous. Sur le parvis du Molière, plusieurs Montois craignent que la belle intention ne soit pas à la hauteur des ambitions affichées, comme pour les Halles.

Lire l’article original