30 juillet 2021

Pass sanitaire : à Hossegor des restaurateurs inquiets, dans le flou, certains ne contrôleront pas

Le projet de loi pour l’extension du pass sanitaire pour lutter contre la pandémie de Covid-19 a été présenté ce lundi en conseil des ministres avant d’arriver ce mercredi devant les parlementaires pour un examen express. Cette extension du pass sanitaire doit entrer en vigueur début Août. Lire l’article original

Le projet de loi pour l’extension du pass sanitaire pour lutter contre la pandémie de Covid-19 a été présenté ce lundi en conseil des ministres avant d’arriver ce mercredi devant les parlementaires pour un examen express. Cette extension du pass sanitaire doit entrer en vigueur début Août. Projet de loi qui doit permettre de rendre obligatoire une couverture vaccinale complète ou un test négatif récent pour aller au restaurant, au bar ou dans les centres commerciaux. 

Il reste donc une quinzaine de jours, en pleine saison touristique,  pour se préparer à contrôler les clients à l’entrée des établissements concernés. Si 62% des français interrogés sont favorable à ce pass sanitaire étendu selon un sondage Ipsos-Sopra Steria publié ce vendredi 16 juillet pour franceinfo, on est très loin de ce pourcentage si l’on pose la question aux patrons de bars ou de restaurants. A Hossegor, pas un seul restaurateur sur la dizaine interrogé se félicite de l’extension de cette nouvelle mesure sanitaire. 

Le flou, la logistique et l’éthique

Dans la station balnéaire de la côte Sud landaise, il y a d’abord, les plus nombreux, les restaurateurs qui sont dans le flou, qui attendent inquiets le texte de loi : “comment on se prépare ? On n’en sait rien“, répond un premier responsable d’établissement. Même réponse dans plusieurs restaurants : “on attend les consignes de notre syndicat, on n’en a pas encore parlé“.   

Vont-il utiliser l’application ?  Vont-ils trouver le temps pour contrôler leurs clients, le personnel nécessaire ? Comment les clients vont réagir ?  Raphael Saint André, l’ex rugbyman désormais restaurateur, est propriétaire de deux établissements à Capbreton et Hossegor (Terramar et le Café de la plage) : “Je suis content qu’on lutte contre la maladie parce que j’aimerais qu’on en sorte. Après c’est sûr, le pass sanitaire sera une contrainte lourde pour nous les restaurateurs“, commence le propriétaire de restaurant. 

D’autant qu’il est déjà confronté à des difficultés pour faire appliquer les gestes barrières aux vacanciers : “par exemple dans la file d’attente à Terramar (restaurant de plage à Capbreton, ndlr), on a énormément de mal à faire porter le masque aux gens. Il y en a certains qui s’énervent, on est proche de la bagarre. Donc on va créer plus de problèmes qu’autre chose. Que va t-on faire si quelqu’un refuse ? Et puis surtout, comment on va contrôler parce que c’est une personne qui fait que ça ? Il va falloir qu’on embauche dans un métier où on n’a pas assez de main d’oeuvre. Donc comment on va faire ?

Comment faire ? La question revient à chaque fois. “Si le gouvernement me met un policier à l’entrée du bar, il n’y aura pas de soucis“, dénonce de son côté Christophe Thiébaut, du restaurant “le Rond point” d’Hossegor. Contrôler les clients, pour le restaurateur, ce n’est pas son métier. Il annonce sans détour qu’il ne fera pas de contrôle du pass sanitaire. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ne pas vouloir contrôler les clients, estimer que ce n’est pas leur métier, ils sont nombreux à le penser. Mais peu à le dire ouvertement. “Il vaut mieux rester discret“, explique une restauratrice. Pourtant à Seignosse, le restaurant “Chez Monette” a lui annoncé la couleur sur Facebook. Le post du restaurant a d’ailleurs fait le buzz avec plus de 200 partages.”Le secret médical existe, vous êtes tous les bienvenus“, écrit l’établissement sur le réseau social. 

Contacté, le responsable s’explique : “On nous demande de faire de la discrimination et ça ne nous correspond pas, on ne peut pas nous obliger à faire ce genre de chose, ça dépasse l’entendement, c’est contraire à notre éthique. Nous faisons notre métier pour offrir de bons moments et dans le respect absolu des règles sanitaires imposées. Ce qu’on nous demande n’est pas de notre ressort et humainement l’idée de s’y plier est inacceptable. Nous préférerions fermer le restaurant“. 

Lire l’article original