21 avril 2021

“On ne sait plus où on en est”, peste Mathieu Robin, l’entraîneur du Stade Montois football

Jouera ? Jouera pas ? Mathieu Robin et ses hommes sont bien incapables de répondre à cette délicate question. Incapables surtout de se projeter dans un proche avenir. Il y a une quinzaine de j… Lire l’article original

Contrairement à ce qu’avait annoncé la Fédération il y a deux semaines, les Stadistes ne reprendront pas le championnat le 13 mars prochain à cause de la crise sanitaire. Une situation ubuesque

Jouera ? Jouera pas ? Mathieu Robin et ses hommes sont bien incapables de répondre à cette délicate question. Incapables surtout de se projeter dans un proche avenir. Il y a une quinzaine de jours, la FFF claironnait que le championnat de N2 allait reprendre officiellement le 13 mars prochain. Une nouvelle formule avait même été homologuée : à la fin de la phase aller, les équipes, en fonction de leur classement, devaient disputer des plays-off ou des plays- down.

Le Stade Montois s’était donc préparé à effectuer un périlleux déplacement chez le leader biterrois. En prévision de ce retour aux affaires plutôt musclé, les Landais ont joué une rencontre amicale face à Bergerac (1-2) sur leur pelouse de l’Argenté. Mais mercredi, la ministre de la Jeunesse et des Sports Roxana Maracineanu a jeté un gros pavé dans la mare : « Les divisions de N2 masculine et de deuxième division féminine, dont la reprise avait été envisagée, ne pourront pas reprendre dans l’immédiat à cause d’un contexte sanitaire fortement dégradé. ».

Sur le meme sujet

« On ne sait plus où on en est, peste Mathieu Robin. On nous parle d’un arrêt définitif, mais rien n’est officiel. Nous n’avons pour l’instant reçu qu’un communiqué nous informant d’un simple report du match à Béziers. »

Vers une saison blanche

Une situation totalement ubuesque qui agace au plus haut point Yannick Soubieille, le capitaine de la légion jaune et noire :

« C’est difficile de prévoir quelque chose. On s’entraîne sans savoir si l’on va rejouer. Ce qui m’inquiète le plus, c’est le manque de visibilité».

Le coach stadiste, échaudé par les ordres et les contre-ordres, a décidé quant à lui de ne pas chambouler son tableau de bord. « Je maintiens les séances d’entraînement et le match amical que nous devons disputer à Bergerac. Nous sommes en quelque sorte dans l’attente de l’officialisation de l’arrêt définitif de la compétition. » Une hypothèse d’un clap de fin qui semble prendre de l’épaisseur au fil des jours.

Se dirige-t-on pour autant vers une saison blanche ? C’est fortement probable, dans la mesure où ce championnat a rendu les armes au bout de neuf journées. le Stade Montois repartirait par conséquent l’an prochain en N2. « Si c’est le cas, il faudra que ce soit dans d’autres conditions, avertit Yannick Soubieille. Notre bilan à ce niveau n’est pas bon du tout. Il faudra bien préparer la saison à avenir. ».

À moins que d’ici là, les instances fédérales ou le ministère sortent de leur chapeau une nouvelle usine à gaz.

Lire l’article original