16 septembre 2021

Mont-de-Marsan : les défenseurs de la tauromachie appellent à manifester avec les chasseurs

Dans un communiqué, l’observatoire national des cultures taurines appelle « tous les aficionados à se joindre à la grande manifestation organisée le 18 septembre prochain à Mont de Marsan ». Une mobil… Lire l’article original

L’observatoire national des cultures taurines, présidé par André Viard, sera dans le cortège des chasseurs qui protestent contre l’interdiction des chasses dites « traditionnelles », le 18 septembre à Mont-de-Marsan

Dans un communiqué, l’observatoire national des cultures taurines appelle « tous les aficionados à se joindre à la grande manifestation organisée le 18 septembre prochain à Mont de Marsan ». Une mobilisation de plusieurs milliers de personnes se prépare en effet dans de nombreuses fédérations de chasse de France pour venir manifester dans la préfecture landaise, après la décision du Conseil d’État d’interdire les chasses dites « traditionnelles ».

La plus haute juridiction française a clos une bataille juridique menée par la Ligue de protection des oiseaux et One Voice pour que cessent les chasses dites traditionnelles. Ces pratiques consistent à chasser les vanneaux huppés, pluviers dorés, alouettes des champs, grives et merles noirs à l’aide de filets (pantes, tenderies) ou de cages (matoles). Le 6 août, le Conseil d’État a annulé les autorisations préfectorales accordées aux chasseurs au motif qu’elles « ne sont pas conformes aux exigences du droit européen relatif à la protection des oiseaux », selon un communiqué.

Barbara Pompili, pointée du doigt

Pour l’observatoire national des cultures taurines, le combat pour le rétablissement de ces chasses et la défense de la tauromachie est le même. Il s’agit de « défendre l’ensemble des cultures régionales menacées par l’écologie dogmatique incarnée par la ministre de l’Environnement Barbara Pompili. « Madame Pompili, de 2012 à 2020, a été l’instigatrice de la plupart des propositions de loi visant à interdire les corridas et la présence des mineurs aux arènes. Elle est aujourd’hui responsable des attaques contre les chasses traditionnelles, affichant un mépris souverain pour les cultures patrimoniales indissociables de « l’Esprit du Sud », et contribue ainsi activement à l’entreprise de déconstruction des piliers de notre civilisation. » conclut le communiqué.

Lire l’article original