24 septembre 2021

Mont-de-Marsan : la ville se prépare à danser à nouveau

« Ce lieu, qui accueille les peñas, a une véritable âme. » Observant la fresque décorée aux emblèmes de la ville, avec les arènes et les taureaux, le patron de l’Osasuna règle les derniers préparatifs… Lire l’article original

Par Camille Rigeade

À la tête de l’Osasuna, du Joxabana et du Patxio de l’Osasuna, Daniel Delhoste rouvrira ses établissements montois ce vendredi 3 septembre

« Ce lieu, qui accueille les peñas, a une véritable âme. » Observant la fresque décorée aux emblèmes de la ville, avec les arènes et les taureaux, le patron de l’Osasuna règle les derniers préparatifs. Au milieu de la poussière, son associé, Laurent Berthomier, vient de refaire les joints du carrelage. Il doit maintenant s’atteler à l’inventaire des boissons alcoolisées et des softs. Un regain d’activité après dix-huit mois de pause forcée due au Covid.

Sur le meme sujet

Les boîtes de nuit montoises ont profité de cette période pour remettre au goût du jour leur matériel. Premiers achats : des caisses enregistreuses, car les anciennes se sont détériorées en un an et demi. « Des travaux ont été réalisés dans tous mes établissements », assure Daniel Delhoste. Au Patxio de l’Osasuna, c’est l’éclairage qui a fait l’objet d’une attention particulière. Le mobilier et la disposition du bar ont été revus pour offrir une nouvelle expérience aux clients. Côté employés, les mesures sanitaires ont nécessité des adaptations. Le patron de 25 salariés affecte une personne par établissement pour contrôler les pass sanitaires. Des tablettes ont même été achetées pour l’occasion.

« Prendre le risque »

Si Daniel Delhoste se considère « prêt à 90 % », c’est qu’il a anticipé la réouverture de ses boîtes de nuit. Au début de l’été, déjà, la question s’était posée. Dès le 9 juillet, les discothèques ont eu la possibilité de faire entrer à nouveau des fêtards, à condition de présenter le pass sanitaire. À l’époque, « il y avait trop peu de jeunes vaccinés ». Privé de son cœur de cible, le chef d’entreprise avait préféré rester fermé et percevoir les aides de l’État.

« Tous les mois, on a bénéficié d’un soutien de 10 000 euros, puis de 20 % de notre chiffre d’affaires », explique Daniel Delhoste. Mais les débuts de la crise sanitaire ont été difficiles. Entre mars et mai 2020, chaque établissement perd 25 000 euros. Aujourd’hui, la vaccination progressive des 18-25 ans fait changer d’avis le patron : « Je préfère prendre le risque de rouvrir plutôt que de percevoir des aides. »

Jauge de 75 %

Dans ses établissements, une jauge de 75 % sera appliquée, soit environ 200 personnes. Pour ce qui est de la terrasse extérieure du Joxabana, la capacité maximale de clubbeurs est autorisée. Si Daniel Delhoste attend du monde pour cette rentrée, c’est qu’il observe « un engouement sur les réseaux sociaux ». « Beaucoup de jeunes adultes ne sont jamais allés dans une discothèque », précise le chef d’entreprise.

« C’est une fierté de voir mes établissements ouverts »

Plus qu’impatient, il s’exclame : « C’est une fierté de voir mes établissements ouverts ». Pour la reprise, les DJ devront adapter leurs playlists aux sorties musicales de ces dix-huit derniers mois. D’autres choses ne changeront pas, comme les soirées à thèmes. Le 4 septembre, le personnel du Joxabana se déguisera en pirates pour une spéciale Captain Morgan. La dernière soirée sur cette thématique « était de la folie ».

Pratique

À partir du vendredi 3 septembre, les boîtes de nuit montoises de Daniel Delhoste reprendront leurs activités. Le Patxio de l’Osasuna sera ouvert du jeudi au samedi, de minuit à 7 heures. L’Osasuna accueillera des fêtards les vendredis et samedis soir de minuit à 7 heures. Du jeudi au samedi, le Joxabana ouvrira ses portes de 19 à 7 heures. Il faudra attendre le 10 septembre pour accéder à l’Osasuna de Dax, un établissement acquis par Daniel Delhoste et géré par Laurent Hamelin.

Lire l’article original