21 avril 2021

Mont-de-Marsan : il frappe son ex et les voisins qui viennent la secourir

Mardi 23 février, un jeune majeur devait répondre de violences sur la voie publique devant le tribunal de Mont-de-Marsan. Le 11 février dernier, le prévenu voit une chaise qui lui appartient d… Lire l’article original

L’homme a été condamné à six mois de prison dont quatre avec sursis renforcé par le tribunal montois.

Mardi 23 février, un jeune majeur devait répondre de violences sur la voie publique devant le tribunal de Mont-de-Marsan. Le 11 février dernier, le prévenu voit une chaise qui lui appartient devant chez une voisine. Il entre pour la récupérer et tombe sur son ex-compagne. Une dispute éclate. Il lui met une claque, elle tombe au sol. Des témoins entendent des hurlements et découvrent la femme allongée sur le dos, l’homme à califourchon sur elle en train de lui mettre des coups.« Je la maintenais juste », coupe le prévenu.

Le couple de voisins décide de mettre fin à cette scène violente. Les deux hommes se battent. C’est finalement la mère de l’agresseur qui arrive à s’interposer. En visio depuis son centre de détention, l’homme en survêtement blanc part au quart de tour. « Je ne lui ai pas mis de gifle, juste une balayette », tente-t-il de minimiser, avant que le président d’audience lui rappelle que ce sont aussi des violences.

Il revient aussi sur les menaces de cambriolage, de mort et de viol que l’homme profère à l’encontre de ses voisins. Menaces d’autant plus inquiétantes qu’il reconnaît avoir réellement cambriolé cette voisine par le passé. Son avocate plaide : « C’est la façon de parler aujourd’hui des jeunes mal éduqués. Il faut l’entendre comme une insulte, pas comme une véritable menace. » Ses cinq condamnations sur son casier judiciaire – rien que pour 2020 – et sa sortie de prison en décembre dernier ne jouent pas en sa faveur. Son comportement à l’audience encore moins, surtout quand il conclut que son ex « sait qu’au fond, elle est allée trop loin ce jour-là ». L’homme est condamné à six mois de prison dont quatre avec sursis renforcé.

Lire l’article original