12 mai 2021

Mont-de-Marsan : elle grille un feu rouge, dans sa voiture un pistolet, une matraque et une bombe lacrymogène

Dans la soirée du jeudi 22 au vendredi 23 avril, les policiers montois décident d’intercepter un véhicule qui vient de griller un feu rouge, en plein couvre-feu. À son bord, une jeune majeure…. Lire l’article original

La jeune majeure se rendait chez son ex-petit ami après l’avoir menacé de mort.

Dans la soirée du jeudi 22 au vendredi 23 avril, les policiers montois décident d’intercepter un véhicule qui vient de griller un feu rouge, en plein couvre-feu. À son bord, une jeune majeure. Elle a avec elle une panoplie complète d’armes diverses. Les agents découvrent un pistolet d’alarme, une matraque et une bombe lacrymogène.

La Montoise est placée en garde à vue et outrage au passage les policiers. Lors de leurs investigations, ils se rendent compte qu’elle est déjà bien connue de la justice.

Sur le meme sujet

De nouveau interpellée

En novembre dernier, à quatre jours d’intervalle, elle est condamnée à deux reprises par le tribunal judiciaire de Mont-de-Marsan. Les policiers ont dû s’interposer, sortir leur arme et la maîtriser alors qu’elle tentait de s’en prendre à son ex-petit-copain. Début avril, elle est de nouveau interpellée alors qu’elle dégrade le véhicule de ce dernier. Elle est condamnée et doit porter un bracelet de surveillance électronique.

Juste avant l’interpellation de cette semaine, elle venait justement d’envoyer un sms de menaces de mort et appeler à de multiples reprises son ex, avec lequel elle a interdiction d’entrer en contact.

« C’était l’apocalypse »

Déférée vendredi 23 avril, devant le procureur montois, la jeune femme a un nouvel épisode de violences au tribunal. « C’était l’apocalypse », précise une source proche du dossier.

La Montoise est finalement incarcérée à la prison de Pau dans l’attente de son jugement. Le procureur de la république, Olivier Janson, confirme que la prévenue « sera présentée devant les juges mardi 27 avril, au matin, dans le cadre d’une comparution immédiate. »

Lire l’article original