9 décembre 2021

“Moi c’est clair et net qu’il n’y aura pas de 3e dose” : ces Montois réticents au rappel anti-covid

La dose de rappel du vaccin anti-covid sera nécessaire pour garder un pass sanitaire valide à partir du 15 janvier pour tous les adultes, 7 mois maximum après la dernière injection, a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran ce jeudi. Mais des Landais, pourtant vaccinés, sont réticents. Lire l’article original

A partir du 15 janvier, il faudra une dose de rappel du vaccin anti-covid pour tous les adultes pour garder son pass sanitaire valide, 7 mois maximum après avoir reçu la dernière injection. Annonce faite par le ministre de la Santé Olivier Véran ce jeudi 25 novembre, face à la reprise du coronavirus en France. Une nouvelle mesure qui a du mal à passer chez certains Landais, rencontrés dans le centre-ville de Mont-de-Marsan, pourtant vaccinés avec les deux premières doses. 

Deux premières doses faites “à contrecœur”

Ce vaccin, Laetitia estime avoir “été contrainte de le faire pour continuer de travailler”. Et même si elle a bien supporté les deux premières doses, “ce n’était pas par choix”, alors cette 3e dose, “si je peux éviter, je ne le fais pas”. Un avis partagé par son conjoint, Jean-Steve : “Les deux premières doses ont été faites déjà à contrecœur à cause de mon travail, j’ai reculé le plus possible jusqu’au moment où ce n’était plus possible, tout simplement”, explique-t-il. 

Et pour la 3e dose, ce sera pareil selon lui, si “on nous l’impose sans vraiment nous l’imposer, on le fera mais voilà, si on me donnait le choix, je pense que j’attendrais un petit peu”. 

Si je peux éviter, je ne le fais pas – Laetitia, une Montoise 

Pas question de faire cette 3e dose 

Jean-Louis est plus radical : “Je n’aurais jamais dû faire ce vaccin”, assure-t-il, “on m’a obligé mais je n’étais pas prêt”. Selon lui, les effets secondaires se feront ressentir “demain ou après-demain, pas tout de suite”. Alors, même après avoir déjà reçu deux doses, pas question pour Jean-Louis de se faire injecter cette dose de rappel. “Moi c’est clair et net qu’il n’y aura pas de 3e dose”, explique-t-il, “je ferai des tests payants, tant pis, mais c’est fini, j’ai servi de cobaye donc je m’arrête là, c’est trop”. 

Lire l’article original