22 juin 2021

Loi “sécurité globale” : nouvelle journée de mobilisation ce samedi, le point dans le Sud-Ouest

Plusieurs manifestations se sont tenues ce samedi matin dans le Sud-Ouest. Le point sur la mobilisation. . De nouveaux rassemblements sont organisés ce samedi dans des dizaines de villes de France pour dire stop à la proposition de loi “Sécurité globale”, combattue depuis novembre par les défenseurs des libertés publiques et… Lire l’article original

De nouveaux rassemblements sont organisés ce samedi dans des dizaines de villes de France pour dire stop à la proposition de loi “Sécurité globale”, combattue depuis novembre par les défenseurs des libertés publiques et syndicats de journalistes, et aussi pour défendre le droit à la culture.

Dans la capitale, le rendez-vous a été fixé à 13h00 place de la République, avec la participation d’artistes et de musiciens, selon les organisateurs “pour proclamer la liberté de créer, d’exercer, de jouer pour un public résolument vivant”, face à la fermeture des lieux culturels.

“Le gouvernement ferme tous les lieux de pensée, de culture, d’échange et de sens critique, privilégiant les centres commerciaux aux théâtres, aux universités, aux salles de concert et aux cinémas. Nous voulons être libres, éveillés et debout!”, proclament-ils, appelant à une mobilisation “dans le strict respect des gestes barrières et la détermination la plus totale”.

Cette nouvelle journée de mobilisation vise le texte sur la “Sécurité globale” présenté cet automne, et notamment son article 24 qui pénalise la diffusion malveillante d’images de membres des forces de l’ordre. Une mesure défendue par le gouvernement pour qui elle vise à protéger les policiers victimes d’appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux, mais qui empêcherait selon ses détracteurs de filmer les forces de l’ordre en intervention et de documenter les violences policières.

Dans le Sud-Ouest

De nombreux autres rassemblements sont prévus à travers le pays, notamment à Lyon, Lille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Montpellier, Toulon, Nice, mais aussi Dijon, Quimper, Abbeville, Tarbes, Le Havre etc. Plusieurs rassemblements se sont par ailleurs déjà tenus ce samedi matin dans le Sud-Ouest. 

  • À Bayonne
La manifestation à Bayonne.
La manifestation à Bayonne.  © Crédit photo : Bertrand Lapegue

Ainsi, près de 150 personnes ont répondu à l’appel d’organisations, politiques, syndicales ou associatives et ont défilé ce samedi, à partir de 10h30, dans le centre-ville de Bayonne. Cette manifestation avait également pour objet de réitérer “notre demande de transparence totale sur les circonstances de la mort de Nathalie Flores et exigeons que, le cas échéant, toutes les conséquences pénales soient menées à leur terme”, soulignaient les organisateurs du rassemblement dans un communiqué.

  • À La Rochelle

Environ 120 personnes se sont rassemblées sur le Vieux Port de La Rochelle ce samedi matin.

A La Rochelle, ce samedi matin.
A La Rochelle, ce samedi matin.  © Crédit photo : Xavier Léoty
  • À Mont-de-Marsan

Un rassemblement s’est également tenu dans les Landes, à Mont-de-Marsan. Celui a réuni environ 150 personnes selon nos journalistes sur place.  “Nous voulons le retrait total et pas seulement celui de l’article 24” a indiqué au micro, Marc Guyon, secrétaire fédéral départemental du syndicat FO. “C’est du jamais vu en France, nous glissons petit à petit vers un régime totalitaire” a-t-il poursuivi faisant allusion à un décret “passé en catimini” sur le “fichage des militants”.

A Mont-de-Marsan ce samedi 30 janvier.
A Mont-de-Marsan ce samedi 30 janvier.  © Crédit photo : Thibault Toulemonde
  • À Périgueux 

En Dordogne, à Périgueux, une centaine de personnes se sont rassemblées pour dire “non” à la loi sécurité globale contre 150 personnes la semaine dernière. Le collectif #Stopsécuritéglobale en Dordogne, qui rassemble une vingtaine d’associations et de formations politiques de gauche, a d’ores et déjà appelé les Périgourdins à un nouveau rassemblement samedi 6 février.

A Périgueux
A Périgueux  © Crédit photo : Michel Faure

Lire l’article original