12 avril 2021

Liaison électrique sur la Côte sud des Landes : une carte participative pour s’exprimer sur les tracés

Si les micros de participants n’avaient pas été coupés, hormis pour poser des questions, on imagine que la réunion publique concernant la liaison électrique sur la Côte sud des Landes aurait é… Lire l’article original

Une réunion publique a été organisée, jeudi 1er avril 2021, pour parler des enjeux du projet de contournement terrestre du gouf de Capbreton

Si les micros de participants n’avaient pas été coupés, hormis pour poser des questions, on imagine que la réunion publique concernant la liaison électrique sur la Côte sud des Landes aurait été nettement plus bruyante. Tenue en visioconférence jeudi 1er avril 2021, elle a réuni un peu plus de 170 participants.

Après un rappel historique, les responsables du projet ont fait appel à François Deschamps, expert des champs magnétiques à RTE. Il a tenu à rassurer en indiquant que le projet émettra globalement « 70, 80 microtesla », comprenant « 50 microtesla du champ magnétique terrestre ». « A la fréquence de l’électricité domestique, 50 Hz, les valeurs limites sont de 100 microteslas pour le champ magnétique », peut-on lire sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Barthes, massifs boisés et voirie

Ce qui n’a pas convaincu plusieurs personnes qui ont pris part à la première session de questions-réponses, évoquant un manque de clarté et une crainte pour leur santé. « On maîtrise l’énergie qui passe dans la liaison et celle que dégage un défaut. Donc on connait ce qu’il faut mettre en termes de génie civil au-dessus » en cas d’incident, rassure Étienne Serres, responsable de projet chez RTE.

Ensuite, RTE est revenu sur les nouveaux fuseaux à l’étude, qui ont pour feuille de route d’éviter les zones urbaines, préserver les zones environnementales et prendre en compte la loi littoral. Les zones envisagées concernent notamment les barthes, les massifs boisés et les voiries. Le détail de ces fuseaux est disponible en ligne, avec la possibilité de laisser des commentaires sur une nouvelle carte interactive et participative jusqu’au 8 avril à 18 heures.

Quid des massifs

Les inquiétudes soulevées lors du second temps de questions-réponses concernaient les potentielles submersions de certaines zones, comme les barthes. « Notre liaison est insensible à l’eau, il n’y a aucun risque », tempère Marc Chambily, responsable d’études concertation environnement RTE. Par ailleurs, l’éventualité de passer le câble plus au large a été écartée à cause « des limites liées au poids du câble, qui fait 35 kg au mètre linéaire », indique Étienne Serres. Un propriétaire forestier de Seignosse a regretté la possibilité de passer par les massifs, ce à quoi Marc Chambily a répondu que les fuseaux n’en sont qu’au stade de l’étude et qu’une indemnisation était prévue en cas de coupe d’arbres.

Pour l’heure, la concertation reste en cours. Une prochaine réunion publique est prévue le 22 avril, si les conditions sanitaires le permettent. « Elle permettra d’échanger sur les apports de la première phase, de partager une intercomparaison des différents fuseaux et de présenter le fuseau de moindre impact que nous proposerons de soumettre à la préfecture des Landes », indique le site internet présentant le projet.

Lire l’article original