16 septembre 2021

Les Landes accueillent un projet test sur les énergies renouvelables

Pionnières dans les énergies renouvelables, les Landes ont été choisies pour expérimenter “Reflex”, un projet qui devrait permettre de se rapprocher de l’objectif fixé pour 2030 : produire 100% des besoins du département en électricité. Lire l’article original

Les Landes se transforment en laboratoire d’expérimentation des énergies renouvelables. Depuis cet été, le deuxième département producteur d’énergie photovoltaïque de France a été choisi par le géant Enedis pour tester “Reflex”, un projet qui devrait permettre de mieux réguler la production d’énergie solaire et ainsi produire plus d’électricité. 

Un bison futé de l’électricité

Aujourd’hui, 30  % des besoins en électricité du département sont couverts par les énergies renouvelables. Les élus et les porteurs de projets se sont fixés pour objectif d’atteindre les 100  % avant 2030. Avec l’augmentation de la production d’électricité, il va donc falloir accroître la capacité d’accueil des énergies renouvelables. C’est là que Reflex entre en jeu. “Le problème du photovoltaïque, c’est qu’il est intermittent, explique Christophe Cres, directeur territorial d’Enedis dans les Landes. On produit peu voire pas du tout d’énergie la nuit ou en hiver. En plein été à midi, c’est le contraire.” Résultat, le réseau arrive parfois à saturation. 

Pour remédier à ce problème, il faudrait effectuer des travaux sur les infrastructures du réseau. Mais cela coûte cher, alors en attendant, Reflex vient réguler la production d’énergie solaire, comme un “bison futé de l’électricité”, explique Christophe Cres. “Sur une autoroute à deux voies, on ne va pas mettre une troisième voie pour un ou deux jours d’embouteillages dans l’année. On va plutôt demander aux conducteurs d’éviter de se déplacer. Le principe de Reflex est un peu le même : quelques heures dans l’année, on va demander à des producteurs photovoltaïques dans les Landes de s’effacer.” 

130 mégawatts d’électricité supplémentaires

Concrètement, des prévisionnistes basés à Pau peuvent anticiper les flux à J+1. Si la production est nettement supérieure à la consommation, ils peuvent demander aux producteurs d’éteindre quelques-uns de leurs panneaux solaires pendant une courte durée (10 à 15 heures par an). Reflex permet ainsi de lisser les pics de production. 

Grâce à cela, plus de producteurs vont pouvoir être raccordés, plus facilement, et plus rapidement. Enedis prévoit la création de 130 mégawatts supplémentaires. C’est l’équivalent de la consommation de 35 000 foyers landais. 

Le projet expérimental Reflex, également mené dans la Somme sur l’énergie éolienne, va durer trois ans. En 2024, Enedis fera le point, et en fonction des résultats, Reflex pourrait être étendu à tout le pays

Lire l’article original