20 avril 2021

Les huîtres d’Hossegor interdites à la vente après des cas d’intoxications alimentaires

Au moins 8 personnes ont été intoxiquées après avoir consommé ces huîtres, issues du lac d’Hossegor (Landes). Lire l’article original

La préfecture des Landes a décidé d’interdire le ramassage, l’expédition et la vente d’huîtres du lac d’Hossegor jusqu’à nouvel ordre, en raison d’intoxications alimentaires constatées ces derniers jours apprend-on ce mercredi 3 mars 2021. Au moins 8 personnes sont tombées malades après avoir consommé des huîtres du lac d’Hossegor, selon la délégation à la mer et au littoral des Landes. En conséquence, toutes les huîtres récoltées dans la zone du lac d’Hossegor sont “considérées comme dangereuses“, précise l’arrêté préfectoral. Ces huîtres sont interdites à la vente et toutes celles déjà expédiées sont rappelées. 

Une enquête alimentaire, menée par l’ARS (agence régionale de santé) a permis de faire le lien entre les symptômes développés par les malades, qui sont ceux de la gastro-entérite, et la consommation des huîtres.  Une enquête de traçabilité a ensuite été menée, permettant de remonter jusqu’à l’origine de ces huîtres, le lac d’Hossegor, et de déterminer leur date de ramassage, le 16 février. Le virus responsable de cette contamination – appelé norovirus – a par ailleurs été retrouvé dans l’eau du lac d’Hossegor, lors d’une analyse menée le 1er mars. 

D’où vient ce virus retrouvé dans le lac d’Hossegor ? 

Les norovirus sont présents dans les selles des personnes malades de gastro-entérite. Ces excréments se dirigent normalement, via les réseaux d’assainissement, vers des stations d’épuration. Sauf que parfois, en cas de fortes pluies, toutes les eaux usées ne peuvent pas être traitées et certaines stations d’épuration débordent. Les eaux contaminées filent alors vers les cours d’eau, puis les lacs ou l’océan. Une fois dans le milieu marin, ces norovirus s’accumulent dans les huîtres, parce que ce sont des mollusques qui filtrent l’eau. Si ces huîtres sont ensuite commercialisées, alors les personnes qui les mangent peuvent à leur tour tomber malade.  

A Hossegor, il n’y a pas eu d’enquête pour savoir d’où venait cette contamination, mais la défaillance de stations d’épuration est fortement suspectée par les ostréiculteurs. La délégation à la mer et au littoral des Landes, jointe par France Bleu Gascogne, explique qu’aucune explication ne peut être donnée, à ce stade, concernant la contamination à Hossegor.

Est-ce que de telles contaminations sont fréquentes ?  

C’est déjà la deuxième fois que cela arrive au lac d’Hossegor depuis le début de l’année, il y avait déjà eu une période d’interdiction de vente en février pour les mêmes raisons. Et d’autres épisodes similaires se sont déjà produits les années passées. Mais Hossegor n’est pas la seule zone concernée : les huîtres du bassin d’Arcachon sont elles aussi interdites à la vente en ce moment, en raison aussi de la présence de norovirus.   

Quand les huîtres d’Hossegor pourront-elle à nouveau être vendues ?   

Les autorités sanitaires estiment que le virus ne survit pas dans l’eau après 28 jours. Les huîtres contaminées ayant été prélevées le 16 février, il faut donc compter 28 jours à partir de cette date-là. Une reprise de l’activité des ostréiculteurs pourrait donc, sauf nouvelle contamination, être envisagée à partir de la mi-mars. C’est, au final, la préfecture qui décidera.

Lire l’article original