9 décembre 2021

L’Échassier à Campet : comment relancer une activité après 17 mois de fermeture ?

David et Véronique ont repris l’Etrier de Campet-Lamolère près de Mont de Marsan. L’activité a repris début janvier, mais sans la partie bar-restaurant. Le couple compte sur une ouverture 7 jours sur 7 pour s’en sortir. Lire l’article original

L’idée de la reprise de L’Etrier existait depuis 2019. David Albert, pour sa reconversion professionnelle, après avoir été élagueur, a eu le désir de reprendre l’affaire, suite à une discussion avec ses amis. Il voyait l’établissement fermé depuis longtemps. Début 2020, il commence à effectuer les démarches, avec sa compagne Véronique, mais l’épidémie stoppe tout. En janvier dernier, le couple ouvre l’établissement après 17 mois de fermeture. 

On nous prend un peu pour des fous

Interview de David et Véronique dans la Nouvelle Eco, à écouter ici.

Reprendre une activité dans ces conditions, avec les conséquences du coronavirus sur l’économie, les bars et restaurants qui ne peuvent accueillir le public, c’est un vrai défi pour David et Véronique. Pour les débuts de l’activité, et parce que c’est compliqué actuellement, les 2 landais s’appuient sur leur réseau d’amis et les réseaux sociaux. Le couple fait partie de nombreuses associations montoises et campétoises. Tout ce monde les suit et les aide moralement.

Tenir avec le minimum

Pour le moment, le couple de repreneurs landais propose à la vente le tabac, le Sud-Ouest, le pain. Pour la partie bar-restaurant, il doit attendre. Pour essayer de compenser, de tenir, il fait un peu de café à emporter sur la terrasse à l’extérieur : « mais ce n’est pas ça qui nous fait vivre ». L’Échassier est ouvert 7/7 jours, avec des amplitudes horaires importantes – de 6h30 à 18h en cette période de couvre-feu, et c’est selon David ce qui les fera tenir. 

La Chronique Eco sur France Bleu Gascogne, c’est du lundi au vendredi à 7h15.

Lire l’article original