30 juillet 2021

Le tribunal administratif de Pau suspend la pêche aux engins et aux filets dans les eaux de l’Adour

Le tribunal administratif de Pau décide de suspendre les arrêtés préfectoraux des Pyrénées-Atlantiques et des Landes qui autorisent la pêche aux filets et aux engins dans le fleuve Adour, la pêche à la lamproie marine et à la grande alose. Des poissons migrateurs en voie de disparition. Lire l’article original

“Une victoire collective aux forceps” .. expliquent les quinze associations agrées de pêche amateur les AAPPMA  et huit associations environnementales. 

En janvier dernier, cette coalition “des 15” avait déposé un double recours, contre les arrêtés de pêche annuels pour 2021 dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes en tant qu’ils autorisent la  pêche amateur et professionnelle aux engins et filets de la grande alose et de la lamproie marine. 

Le tribunal administratif de Pau vient de suspendre ces deux arrêtés de pêche qui du côté du 64 et  du 40 autorisent encore en 2021 les prélèvements dans l’Adour fluvial d’aloses et de lamproies, deux espèces en voie de disparition. 

Principe de précaution 

Le jugement du tribunal administratif a retenu “le principe de précaution“. Les lamproies ces poissons migrateurs délectables dans les assiettes, sorte d’anguilles qui fuient l’océan à la fin de l’hiver pour se reproduire en rivière, ne sont plus légion dans les eaux de l’Adour. Les aloses non plus.

“La pêche est donc terminée en fluvial. Et donc maintenant il y a une phase d’attente jusqu’à ce que les juges se prononcent définitivement sur le sort de ces arrêtés” précise Philippe Garcia le président de l’association de Défense des Milieux Aquatiques basé à Seignosse dans les landes. (…) Et ce dernier d’ajouter “c’est une période importante car le plan de gestion des poissons migrateurs est amené à être modifié avant la fin de l’année pour les six à sept années à venir” Et donc “nous sommes heureux de ce signal fort que le Tribunal administratif de Pau vient de nous envoyer” conclu encore Philippe Garcia.

Lire l’article original