15 avril 2021

Le restaurant le Relais de l’écureuil, à Cère, va rouvrir…dans la légalité

Dans les Landes, le relais de l’écureuil, à Cère, prépare sa réouverture pour la semaine du 23 mars sous le statut de restaurant d’entreprise. Il accueillera les artisans et ouvriers du bâtiment avec qui un contrat aura été passé. Cinq autres établissements landais pourraient faire de même. Lire l’article original

Comme tous les bars et restaurants français, le Relais de l’écureuil, à Cère dans les Landes, n’a pas accueilli de clients depuis la fin octobre. L’établissement, situé à11 kilomètres au nord de Mont-de-Marsan, se prépare cependant à rouvrir ses deux salles et sa terrasse. Sa cheffe et patronne est en train de monter un dossier pour devenir restaurant d’entreprise. 

« Je le fais pour recréer du lien social. Je n’ai pas signé pour faire que du click and collect. Moi je veux cuisiner, moi je veux voir les gens sourire même derrière leur masque. Je veux redynamiser mon village » confie la cheffe du Relais de l’écureuil, Laurie Degardin.

Une demande des entreprises du bâtiment

C’était une demande des entreprises du bâtiment landaises : des restaurants qui rouvriraient uniquement pour la pause déjeuner de leurs ouvriers. Jusqu’à présent, ils prennent leur repas en plein air ou dans leur véhicule. La demande a été relayée par leurs syndicat et fédération : la Capeb et la FBTP

25 communes landaises ont pourtant ouvert des salles dans les Landes pour que les ouvriers du BTP puissent déjeuner au chaud et à l’abri. Cependant, elles ne sont pas très fréquentées car leur implantation est, parfois, trop éloignée des chantiers ou des lieux de restauration à emporter. 

Un protocole hyper strict

Les établissements, qui obtiendront l’autorisation dérogatoire d’ouvrir en restaurant d’entreprise, pourront donc leur servir un repas, en salle ou en terrasse, le temps de la pause déjeuner. Pour recevoir l’aval de la préfecture, les conditions sont très strictes.

Il faut impérativement avoir passé, au préalable, un contrat avec le ou les entreprises concernées. Il doit mentionner la prestation fournie, son prix, le créneau horaire et le nombre de convives. Seuls les ouvriers d’une même entreprise ou les artisans qui travaillent sur un même chantier peuvent être accueillis en même temps dans le restaurant. Les tables doivent accueillir 4 convives au maximum et être espacées de 2 mètres. Le masque est obligatoire pour se déplacer à l’intérieur du restaurant. Du gel hydroalcoolique doit être mis à disposition. 

Laurie Degardin, la patronne du Relais de l'écureuil
Laurie Degardin, la patronne du Relais de l’écureuilLaurie Degardin

Une réouverture espérée le 23 mars

« Moi je m’engage à leur fournir un local et une prestation, c’est-à-dire un menu entrée, plat, dessert à 13 euros. L’artisan ou l’entreprise s’engage à venir manger chez moi le temps de son chantier, pendant une semaine par exemple. Je rouvre mon restaurant pour pouvoir accueillir ces corps de métier qui travaillent dans le BTP. Qu’ils puissent avoir une chaise au lieu de manger dans leur camion ou pas du tout » explique Laurie Degardin du Relais de l’écureuil. 

Pour boucler son dossier, elle doit avoir passé des contrats avec des entreprises qui interviennent à proximité de son restaurant. Elle est en train de les démarcher mais n’est pas inquiète : « les artisans constituent 70% de mon chiffre d’affaire en temps normal » confie la jeune femme qui espère pouvoir rouvrir son restaurant le lundi 23 mars.

Six restaurants intéressés dans les Landes

Selon le syndicat professionnel UMIH, qui accompagne les restaurateurs dans la constitution de leur dossier, 6 restaurants landais se disent intéressés par le projet. Ils sont situés à Cère, Dax, Saint-Paul-Lès-Dax, Castets, Messanges et Saint-Martin-de-Hinx. Les restaurants qui s’engagent dans cette démarche restent éligibles à l’activité partielle prise en charge à 100 %, aux exonérations de charge ou encore au fonds de solidarité.

Lire l’article original