23 juin 2021

Le Gers pourrait bientôt disposer de sa monnaie locale, la plume

La plume, monnaie locale du Gers, pourrait entrer en circulation en 2022. C’est en tout cas le souhait de l’association qui porte le projet et qui espère ainsi dynamiser l’économie locale et favoriser les circuits courts. Explications avec Sylvie Marie Ferrieu, bénévole de l’association. Lire l’article original

Et si le Gers mettait en place une monnaie locale ? Sur la plateforme Idées en commun Gers, le projet est présenté jusqu’au 20 mai : la population est invitée à en débattre. Pour l’association “Une plume pour elle” qui porte le projet, c’est une étape de plus vers la mise en circulation de ces billets 100% Gers, destinés à être dépensés uniquement chez les commerçants et producteurs locaux. Une façon de relocaliser les achats, explique Sylvie Marie Ferrieu, bénévole chargée de coordination au sein de l’association. Entretien.

France Bleu Gascogne : La monnaie locale, que vous appelez la plume, qu’est-ce que ça peut apporter au Gers ?

Sylvie Marie Ferrieu : C’est une monnaie légale, qui circule sur un périmètre bien délimité. En fait, ça va favoriser les circuits courts, du producteur au consommateur, sur tout le Gers. La monnaie est complémentaire de l’euro mais elle n’a pas le même esprit (…) elle a deux objectifs, dynamiser au maximum le Gers en échangeant des biens, des marchandises, et le protéger de deux géants : la grande distribution et Internet. 

On repousse les “envahisseurs extérieurs”

On avait envie de redonner de la légèreté à l’argent. La plume, c’est quelque chose de léger. On peut aussi penser à la plume de D’Artagnan, la plume pour écrire… notre association, “La plume pour elle”, s’adresse aussi à la nature. “Elle”, c’est la nature. 

La monnaie locale n’est-elle pas trop contraignante dans son utilisation ? Où la trouvera-t-on, par exemple ?

Au contraire, c’est très simple ! Il y aura des comptoirs de change, à la presse, au tabac : vous donnez un chèque, ou votre argent, et vous aurez de la monnaie locale. Une unité de monnaie locale pour un euro. Au début, on va faire des billets. Et ensuite, une version numérique avec une application pour payer en monnaie locale avec son téléphone. On a un modèle : c’est l’Eusko, au Pays Basque (utilisé par environ 1000 professionnels et 4000 particuliers, ndlr)

On imagine qu’il vous faut des autorisations pour mettre en place cette plume ?

Il y a un cadre légal, avec une loi de 2014 (…) on va s’appuyer aussi sur le conseil départemental, qui est en train de nous donner son accord. On va aussi avoir des partenariats. Concrètement, on réunit des réseaux, notamment chez les agriculteurs, qui sont très intéressés (…) En ce moment, on travaille aussi sur les billets avec les artistes du Gers qui nous font des propositions, de paysages, de plumes…

Combien cela va coûter, d’imprimer ces billets, d’avoir cette application ?

Il n’y a pas besoin de beaucoup de subventions. On peut aussi parler aux futurs utilisateurs, qui pourraient nous aider, avec le financement participatif (…) tout ne dépend pas de nous mais le 22 février 2022, c’est la date envisagée pour la mise en circulation de la monnaie locale.

Lire l’article original