16 mai 2021

Landes : une grand mère soupçonnée d’avoir drogué ses deux petits-enfants avant d’incendier sa maison

Une grand mère landaise de 60 ans mise en examen pour tentative d’assassinat et placée en détention provisoire. Cette femme est soupçonnée d’avoir drogué son concubin et ses deux petits-enfants avant de mettre le feu à sa maison d’Habas la semaine dernière. Lire l’article original

Une grand mère landaise de 60 ans a été mise en examen pour tentative d’assassinat et placée en détention provisoire ce mercredi. Il s’agit de la suite de cette affaire, cette maison d’Habas ravagée par un incendie il y a une semaine, dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 avril. Cette nuit là, à l’intérieur de la maison dévastée, les secours ont retrouvé cette dame de 60 ans, son concubin de 59 ans et les deux petits-enfants de 10 et 12 ans, intoxiqués par les fumées. 

Tous ont été transportés dans un état grave à l’hôpital de Bordeaux et tous sont sortis de l’hôpital en début de semaine. Mais à la sortie de l’hôpital, la grand mère a été placée en garde a vue, soupçonnée d’avoir drogué ses petits-enfants et son concubin avant d’avoir mis le feu à la maison pour les tuer. 

Des traces de benzodiazépine dans le sang

Selon nos informations, les enquêteurs ont des éléments qui mettraient en cause la sexagénaire. La semaine dernière, les secours ont donc retrouvé les quatre personnes de cette maison chalossaise dans un état comateux. La suspecte aurait d’ailleurs été plus consciente que les autres au moment de l’intervention des secours. 

La grand mère et ses deux petits-enfants ont été retrouvés dans la chambres des enfants. Le conjoint de la grand mère, un homme de 59 ans souffrant d’un handicap, qui n’est pas de le grand-père des enfants, puisqu’en couple avec la suspecte depuis un peu moins de 10 ans, a été retrouvé allongé dans la cuisine. 

Mais l’état comateux des victimes ne s’expliquerait pas que par l’intoxication liée au dégagement de fumée de l’incendie. Les analyses toxicologiques partielles et donc encore à affiner, notamment sur les quantités, montreraient la présence de benzodiazépines. Une molécule présente dans des somnifères, des tranquillisants, des anxiolytiques de type Temesta. Tous les membres de cette famille auraient des traces de cette substances dans le sang.  

Un projet criminel préparé ? 

C’est donc fort de ces éléments que les enquêteurs soupçonnent la grand mère d’avoir drogué tout le monde puis d’avoir allumé l’incendie  dans le but de tuer les occupants de la maison. Une source proche de l’enquête évoque un projet criminel préparé, prémédité, sans pour autant qu’un mobile ne soit ressorti des auditions de la grand-mère qui n’aurait pas fait de déclarations. 

Il s’agit d’une femme inconnue de la justice, à la personnalité visiblement particulière mais sans pathologie psychiatrique, ce que des expertises devront confirmer. “Une famille sans histoire“, explique de son côté le maire d’Habas, Jean-François Lataste, abasourdi, comme tout le village, par cette affaire. 

Lire l’article original