23 juin 2021

Landes : un stage de secourisme comme alternative aux poursuites judiciaires

Une convention tripartite a été signée par le procureur de Dax Rodolphe Jarry et la présidente du tribunal Florence Bouvier, l’association d’aide aux victimes Adavem et les pompiers des Landes. « Un s… Lire l’article original

Proposer un stage de citoyenneté après certaines infractions était déjà possible. Aujourd’hui, un partenariat avec l’Adavem et les pompiers permet de proposer des stages de secourisme.

Une convention tripartite a été signée par le procureur de Dax Rodolphe Jarry et la présidente du tribunal Florence Bouvier, l’association d’aide aux victimes Adavem et les pompiers des Landes. « Un stage de citoyenneté ‘‘classique’‘ pouvait parfois donner l’impression d’une certaine passivité de la part de l’auteur, alors nous avons décidé, quand la faible gravité des faits et l’âge de l’auteur le permet, de proposer une alternative aux poursuites ‘‘professionnalisante’’, avec un stage de citoyenneté secouriste, qui permet de valider son premier échelon, ainsi qu’une formation, par exemple, à l’utilisation d’extincteurs », explique le procureur.

Sur le meme sujet

« Il s’agit d’un véritable marqueur d’une politique juridictionnelle, nous essayons d’avoir une certaine cohérence, pour trouver une alternative aux poursuites qui ait du sens. Les personnes qui acceptent ce stage doivent comprendre également l’importance de leur engagement. »

« Former un maximum de citoyens »

Pour le président de l’Union des sapeurs pompiers des Landes, Ramuntxo Recarte, « former un maximum de citoyens aux gestes de premier secours est toujours une bonne chose et cela permet de palier au manque de civisme. Lorsqu’une personne fait un malaise cardiaque, seuls 20 % des personnes connaissent les bons gestes et les autres n’interviennent pas, alors que les premières minutes sont déterminantes. Nous avons donc accepté de suite ce partenariat. »

Sur le meme sujet

Les alternatives aux poursuites représentent jusqu’à 60 % de la réponse pénale, entre rappel à la loi, stages, etc. Anne Decung, directrice de l’Adavem (Association départementale d’aide aux victimes et de médiation), confirme qu’une première session de formation pourrait avoir lieu dès le mois de juin. « Le PSC1 est aussi un pré-requis pour certains concours. »

Sur le meme sujet

Et le procureur Rodolphe Jarry de saluer l’excellence du partenariat avec l’Adavem, qui travaille régulièrement avec la juridiction dacquoise.

Le stage est bien entendu au frais de l’auteur de l’infraction, il faut compter environ 200 euros.

Lire l’article original