16 mai 2021

Landes : un élan de solidarité pour une famille d’Angresse qui a tout perdu dans un incendie

L’élan de solidarité pour une famille d’Angresse qui a tout perdu dans l’incendie de sa maison il y a un mois, le 22 mars dernier. Face à ce drame et confronté à la lenteur des démarches d’indemnisations, la fille du propriétaire de la maison a lancé un appel à l’aide via une cagnotte sur internet. Lire l’article original

Il y a un mois, à Angresse, la maison du père et de la grand mère de Coralie Thomas était entièrement détruite par un incendie. “Ils ont juste eu le temps de sortir. J’ai recueilli ma grand-mère le soir même avec une chemise de nuit, des chaussons, un manteau et son sac à main. Derrière, la moindre petite chose, il n’y a plus rien, plus de vêtements, plus de cafetière“, égraine Coralie Thomas. 

Face à son père de 67 ans et sa grand mère de 86 ans démunis, la fille décide de lancer une cagnotte sur internet sur le site leetchi. Car en attendant la reconstruction de la maison, ce qui va prendre “deux ans” selon l’estimations des assurances , “il faut survivre“.  C’est ce qu’écrit Coralie Thomas dans le texte de la cagnotte. 

En une semaine, les dons ont afflué : “j’ai été vraiment étonnée de l’élan de solidarité. Beaucoup de personne que l’on ne connaissait pas ont donné 10 euros et cela fait plaisir“. Sous les publications des partages Facebook de la cagnotte, des personnes ont commencé à proposer également de l’aide en matériel, des vêtements, du linge de maison, de l’électroménager. “Je n’avais pas anticipé cela du tout et du coup je me heurte au fait que je ne peux pas tout récupérer.  Je suis en train de voir pour mettre en place un local où les gens pourront déposer ce qu’ils veulent bien donner“. 

Coralie Thomas cherche donc un local sur Angresse ou aux alentours et s’engage à donner à Emmaüs ce qui serait apporté en trop. Depuis deux jours, son père et sa grand mère ont investi de leur poche dans un mobil-home posé sur le terrain de la maison. Un lourd investissement à supporter. 

Lire l’article original