7 mai 2021

Landes : Paul Campistron agriculteur 2.0

Paul s’est installé en avril 2020, sur le lieu-dit de l’Eyre près de Soustons. Ancien employé dans le bâtiment et les travaux publics il est revenu à ses premières amours en 2016 en débutant comme salarié agricole dans la ferme Darrigade. Lire l’article original

A l’occasion de la journée spéciale ” Générations Agriculteurs” du réseau France Bleu, nous avons rencontré Paul Campistron. Petit fils d’agriculteur, il s’est installé en avril 2020. Un retour à la terre après une première carrière dans le bâtiment et les travaux publics. 

Son plus beau souvenir

Mon plus beau souvenir c’est mon installation.” Paul rit à chaque question. Grand gaillard taiseux, s’étendre sur sa vie n’est pas dans ses habitudes. 

Timidement, il raconte comment, tout petit déjà il a baigné dans cet universJe passais mes week-end, mes vacances, chez mes grand-parents à la ferme“. Comment il s’en est éloigné, le temps de ses études et d’un premier emploi dans le BTP. Puis comment il y est revenu, au hasard d’une petite annonce dans le journal. 

Il y avait une offre d’emploi : un poste de salarié agricole. J’ai saisi l’occasion, j’ai postulé” raconte-il simplement. Humble et besogneux, Paul a travaillé 4 ans pour la ferme Darrigade, à laquelle il s’est associé aujourd’hui, en agriculture conventionnelle.  

Agriculteur 2.0

Aujourd’hui Paul est heureux. Heureux de sa liberté retrouvée. Celle des grands espaces et des horaires inexistants car dictés par l’exigence de la terre. Ravie de la bouffée d’adrénaline qui le prend quand vient la saison du maïs et qu’il a cinq mois pour réussir la plantation et la récolte en jonglant avec mille et uns facteurs capricieux.  

Paul Campistron, vérification du matériel agricole
Paul Campistron, vérification du matériel agricoleAnna Bonnemasou-Carrère

Une période intense qu’il passe dans sa fusée agricole. Un immense tracteur vert, avec lequel il plante et récolte son maïs semence. “On est guidé par un satellite. Il détermine la trajectoire du tracteur au centimètre près. L’engin avance tout seul on a juste à s’assurer de prendre le tournant au bout du champ et c’est bon !” Un bijou de technologie qui enthousiasme cet agriculteur 2.0.  

Lire l’article original