15 avril 2021

Landes : nouvelle peine de prison ferme pour une femme qui harcèle son avocat

C’est un harcèlement qui dure depuis 1988 , date à laquelle Patricia Perron était venue au cabinet de Me Dominique Moras pour le consulter sur un litige autour d’une pension alimentaire. Ancie… Lire l’article original

Cette quinquagénaire persécute depuis 1988 un ancien bâtonnier de Dax. Celui-ci s’est résolu à déposer à nouveau plainte contre cette ancienne cliente

C’est un harcèlement qui dure depuis 1988 , date à laquelle Patricia Perron était venue au cabinet de Me Dominique Moras pour le consulter sur un litige autour d’une pension alimentaire. Ancien bâtonnier du barreau de Dax, celui-ci vit depuis lors un véritable enfer, avec une femme qui s’est persuadée de la possibilité d’une relation sentimentale entre eux et n’a eu de cesse de le harceler.

Malgré sa condamnation à une peine d’un an de prison ferme, en octobre 2015 , cette femme alors qualifiée à l’audience d’érotomane avait récidivé à partir du 1er juin 2019. Dès le lendemain de la fin de la mesure d’interdiction de contact avec sa victime, Patricia Perron s’était présentée au domicile de l’avocat. Comme depuis trois décennies, cette femme aujourd’hui âgée de 59 ans avait recommencé à épier, suivre ou déposer des courriers d’amour dans la boîte aux lettres de Me Moras. Des appels téléphoniques anonymes se sont aussi produits.

Alors que l’avocat avait attendu onze ans avant de dénoncer une première fois les agissements de cette femme atteinte de psychose passionnelle, celui-ci avait déposé une nouvelle plainte au mois de novembre 2019. La mise en cause n’ayant pas souhaité répondre aux convocations des policiers du commissariat de Dax, une deuxième plainte avait suivi en décembre 2020.

Flagrant délit

Cette procédure a permis d’aboutir à son arrestation en flagrant délit, à la mi-journée de ce jeudi 11 mars, à proximité de l’habitation dacquoise de l’avocat harcelé. Placée en garde à vue, Patrica Perron n’a reconnu que partiellement les faits. Reconnue pénalement responsable suite à l’expertise psychologique à laquelle elle s’est soumise, la quinquagénaire a été jugée dès vendredi 12 mars.

Présentée à un magistrat du parquet de Dax dans le cadre d’une procédure de CRPC-défèrement, celle-ci a été condamnée à 18 mois d’emprisonnement, dont 12 mois de sursis probatoire renforcé. Cette femme aura notamment l’obligation de soigner sa pathologie mentale, comme de ne plus approcher sa victime pendant trois ans.

Lire l’article original