11 avril 2021

Landes. Les aider, c’est déjà les écouter : quand la langue des aidants se délie

L’hôpital de jour de Saint-Pierre-du-Mont, dans le quartier du Manot, accueille des patients adultes qui souffrent de pathologies psychiques stabilisées. Chaque premier mardi soir du mois, la … Lire l’article original

L’hôpital de jour de Saint-Pierre-du-Mont, dans le quartier du Manot, accueille des patients adultes qui souffrent de pathologies psychiques stabilisées. Chaque premier mardi soir du mois, la porte est ouverte aux proches de ces malades, pour participer à un groupe de parole organisé par l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam). Un temps de parole important pour ces parents ou proches qui peuvent difficilement aborder le sujet de ces maladies dont les noms font encore peur.

À leurs oreilles, « schizophrène », « bipolaire », ne résonnent pas comme des mots lancés au hasard qui s’apparentent à des insultes. Pour ces proches, ils prennent le visage de leur enfant, de leur nièce ou de leur cousin.

Lire l’article original