21 avril 2021

Landes : le pollen de pin colore la vie en jaune

Depuis une semaine, dans les Landes, le pollen de pin retapisse les surfaces extérieures. Des voitures jaunes, des terrasses et balcons customisées en fluo, les exemples ne manquent pas. Cela … Lire l’article original

Sols et voitures sont recouverts d’une couche jaune. Le pollen de pin a heureusement un faible potentiel allergisant

Depuis une semaine, dans les Landes, le pollen de pin retapisse les surfaces extérieures. Des voitures jaunes, des terrasses et balcons customisées en fluo, les exemples ne manquent pas. Cela permet de repérer aussi les véhicules arrivés récemment, pour le week-end ou le confinement.

Sur le meme sujet

Pollens : la saison est lancée

Pollens : la saison est lancée

Elle a pris un peu d’avance dans le sud de la France, à la faveur d’une fin février particulièrement clémente. La saison pollinique a démarré avec les frênes et les cyprès, et c’est désormais le bouleau qui est surveillé de près, ainsi que le platane et le chêne. Bref, vous l’avez compris et peut-être déjà remarqué : les pollens sont de retour, avec leur cortège de désagréments.

Le potentiel allergisant du pollen de pin est considéré comme faible. « Les pollens de pinacées (pin, sapin, épicéa) sont très abondants dans l’air sur une grande partie du territoire notamment dans le sud mais fort heureusement ils ne sont pas allergisants », écrit ainsi le RNSA (Réseau national de surveillance biologique) dans son bulletin du 2 avril.

Le département des Landes est classé actuellement « en risque moyen d’allergie » par le RNSA, qui rappelle « des conseils pratiques » pour les allergiques : « Suivez vos traitements et consultez votre médecin en cas de symptômes, rincez vos cheveux le soir, aérez au moins 10 minutes par jour avant le lever et après le coucher du soleil, évitez de faire sécher le linge à l’extérieur, gardez les vitres des voitures fermées, évitez les activités sportives à l’extérieur ». Le masque pourrait contribuer à diminuer l’exposition, selon les allergologues.

Lire l’article original