21 juin 2021

Landes. « Le comportement d’un meurtrier en puissance » : un an de prison pour un chauffard récidiviste de 63 ans

« C’est le type de dossier qui m’exaspère, car ce sont des faits gravissimes. On peut se réjouir qu’il n’y ait pas de victime ou de famille sur le banc des parties civiles, mais c’est uniquement de la… Lire l’article original

Un sexagénaire a écopé d’un an de prison pour refus d’obtempérer, avec mise en danger de mort d’autrui en récidive, et délit de fuite, à Port-de-Lanne puis entre Dax et Saint-Vincent-de-Tyrosse

« C’est le type de dossier qui m’exaspère, car ce sont des faits gravissimes. On peut se réjouir qu’il n’y ait pas de victime ou de famille sur le banc des parties civiles, mais c’est uniquement de la chance. Il aurait pu tuer quelqu’un, ça me rend furieuse. Et aujourd’hui, il se cache. En garde à vue, il passe la journée à simuler des malaises au lieu de répondre de ses actes et d’assumer. Il a le comportement d’un meurtrier en puissance. Aujourd’hui, il nous dit qu’il a eu peur et il nous jure sur la tête de ses enfants qu’on ne le reprendra pas. Mais ce n’est pas la première fois. Rébellion avec arme, refus d’obtempérer… Et on devrait le croire ? On doit attendre d’avoir une famille éplorée sur le banc ? Il faut prendre nos responsabilités, car c’est un danger pour la société. »

Sur le meme sujet

La vice-procureure du parquet de Dax, Aude Le Hérissier, n’a pas ménagé Bernard Boerr, lundi 10 mai, au tribunal de Dax, en demandant dix-huit mois de prison avec maintien en détention, annulation du permis de conduire et interdiction de le repasser pendant cinq ans, et confiscation de ses véhicules. Le tribunal a suivi presque toutes les réquisitions du parquet, excepté la peine de prison, « seulement » de douze mois, pour refus d’obtempérer, avec mise en danger de mort d’autrui en récidive, et délit de fuite.

Piétons et gendarmes se jettent à terre

Le 5 novembre 2020, le natif de Lourdes est contrôlé à 116 km/h au lieu de 80 à Port-de-Lanne. À la vue des gendarmes, qui lui demandent de s’arrêter, le sexagénaire ralentit avant de réaccélérer pour fuir au volant de sa Fiat Punto. Pris en chasse, le véhicule est retrouvé un kilomètre plus loin, accidenté. À l’arrivée des forces de l’ordre, Bernard Boerr effectue une marche arrière et percute délibérément le véhicule de gendarmerie, avant de s’engager sur la route des Berges, limitée à 30 km/h et jonchée de pistes cyclables, obligeant ainsi piétons et gendarmes à se jeter sur le côté pour ne pas être percutés. Il sera alors perdu de vue deux kilomètres plus loin.

« Il faut répondre monsieur, vous n’êtes pas un petit garçon. Vous avez 63 ans. À partir de quel âge, on devient responsable ? »

Rebelote le samedi 16 janvier dernier, à 14 h 30, entre Saint-Vincent-de-Tyrosse et Dax. L’homme aux six mentions sur le casier judiciaire, dont certaines concernant déjà la conduite, double les gendarmes, en roulant à 110 km/h. Ils doivent monter à 140 km/h pour se mettre à la hauteur de la Peugeot 207 et parviennent à identifier le prévenu, qui réussira néanmoins à s’enfuir.

Il évoque la peur

Devant le tribunal de Dax, le père de huit enfants évoquera à plusieurs reprises « la peur », la carte grise n’étant pas à son nom sur le premier véhicule et le deuxième pas assuré. « C’est pour cela que je suis parti. Je ne recommencerai plus. »

Sur le meme sujet

« Vous avez peur de vous faire gronder ?, lui rétorque Nadine Regereau, la présidente du tribunal. Il faut répondre monsieur, vous n’êtes pas un petit garçon. Vous avez 63 ans, à partir de quel âge on devient responsable ? »

La défense de Bernard Boerr, Me Lucie Chimits, évoquera une absence de condamnation depuis 2018 pour demander « la clémence et une peine aménageable, sans mandat de dépôt, pour le seul pilier de sa famille ». Pas suffisant aux yeux du tribunal.

Lire l’article original