16 mai 2021

Landes : la pluie, enfin !

La pluie est enfin tombée, ce lundi 26 avril, sur les Landes au mois de mars, Météo France enregistre un déficit pluviométrique de 70% à 80% en comparaison d’un mois de mars classique. Des cumuls de pluie de 5 à 10 millimètres sont attendus sur le département d’ici la fin de la semaine. Lire l’article original

Dans les Landes, les agriculteurs et les jardiniers amateurs attendaient impatiemment la pluie. Après les records de pluies que nous avons connus cet hiver, les mois de mars et avril 2021 enregistrent des déficits pluviométriques supérieurs à 70%.  Dans certains jardins landais, les pelouses sont déjà jaunies par le manque d’eau. En Haute-Landes et  sur le littoral, des secteurs très sablonneux, des agriculteurs ont même démarré, tout doucement, l’irrigation de leur champ. En pleine période de semis, les graines ont  besoin d’eau pour germer mais les sols sont trop secs.

Un indice d’humidité des sols comparable à celui d’un mois de juillet

Selon Météo France, au 25 avril, l’indice d’humidité était comparable à celui d’un début de mois de juillet. Avec 15 à 30 mm de pluie en moyenne enregistrées dans les Landes en mars, le déficit pluviométrique atteint 70 à 80% selon les secteurs comparé aux normales de saison. Le mois de mars 2021 est le quatrième le plus sec depuis 1959 dans les Landes. 

Le mois d’avril n’est pas terminé mais entre le 1er et le 25 avril, Météo France a enregistré des cumuls de pluie de 10 à 15 mm soit 85% de déficit par rapport à la moyenne constatée sur cette période. En un peu plus de 60 ans, seul le mois d’avril 1982 a été moins arrosé. Avril n’est cependant pas terminé. La  pluie est enfin arrivée ce lundi. Selon les prévisions, 5 à 10 mm de pluie devraient cependant s’abattre sur les Landes d’ici la fin de la semaine et donc du mois d’avril, jusqu’à 20 mm d’ici la fin de la semaine prochaine.

Une sécheresse superficielle

La situation n’est cependant pas préoccupante car il s’agit d’une sécheresse superficielle. Les pluies-records de cet hiver ont en effet rempli les réserves d’eau : lacs et nappes phréatiques.

Lire l’article original