16 mai 2021

Landes : la femme qui gardait sa mère dans un congélateur fait appel

Mardi 16 mars, Véronique Coquelou a été condamnée à quatre ans de prison ferme par les juges montois. Elle est reconnue coupable de faux, escroquerie, contrefaçon et atteinte à l’intégrité d’u… Lire l’article original

Par Karen Bertail

Véronique Coquelou, condamnée mi-mars à quatre ans de prison ferme pour avoir placé le corps de sa mère dans un congélateur non branché et l’avoir ainsi stocké pendant sept ans, sera rejugée

Mardi 16 mars, Véronique Coquelou a été condamnée à quatre ans de prison ferme par les juges montois. Elle est reconnue coupable de faux, escroquerie, contrefaçon et atteinte à l’intégrité d’un cadavre. Selon nos informations, Véronique Coquelou a fait appel de la décision. Elle sera donc de nouveau jugée pour ces faits dans les mois qui viennent. Pour l’heure, elle reste en détention.

Sur le meme sujet

Si le décès de sa mère ne lui est pas imputé, la justice lui reproche d’avoir conservé, entre 2010 et 2017, le cadavre de sa mère dans un congélateur non branché. La femme, qui déménageait très régulièrement, continuait ainsi à percevoir la retraite de sa défunte mère. Pendant toute cette période, elle reconnaît avoir usurpé son identité, en falsifiant des papiers d’identité et en portant une perruque blanche pour se faire passer pour elle.

C’est le propriétaire d’une maison qu’elle louait qui émet des doutes entre l’âge qu’elle prétend avoir et celui qu’elle semble faire. Il prévient les forces de l’ordre qui ouvrent une enquête et se rendent compte que Carmen Coquelou, née en 1927, n’a plus été vue en vie depuis l’été 2010. Les militaires perquisitionnent la maison d’Horsarrieu, dans laquelle vie sa fille, Véronique Coquelou. Après avoir expliqué que sa mère était en voyage aux quatre coins du monde, elle finit par avouer qu’elle se trouve dans le congélateur stocké au fond du jardin.

Lire l’article original