13 avril 2021

Landes : encore du chemin à faire pour l’égalité femmes-hommes

« À chaque crise économique, politique ou sociale, les droits des femmes sont remis en question », a assuré Gloria Dorval dans son propos liminaire. Dans les services du Conseil départemental,… Lire l’article original

Par C. B.

Gloria Dorval est en charge depuis juin 2019 de cette délégation au sein du Conseil départemental. Elle a tiré le bilan et tracé les perspectives.

« À chaque crise économique, politique ou sociale, les droits des femmes sont remis en question », a assuré Gloria Dorval dans son propos liminaire. Dans les services du Conseil départemental, sont à noter l’absence de mixité. Mais aussi un accès aux postes à responsabilité limité. « Si les chiffres sont plutôt satisfaisants, on remarque un plafond de verre pour que les femmes atteignent des postes de direction », a souligné Gloria Dorval.

Sur le meme sujet

Concernant l’articulation entre vie professionnelle et familiale, elle remarque que 94 % des agents qui travaillent à temps partiel sont des femmes. Gloria Dorval a ensuite détaillé les actions du Département, notamment en relation avec les différents acteurs comme le CIDFF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles) envers les femmes victimes de violences conjugales, et le partenariat avec la CAF afin de lutter contre les impayés des pensions alimentaires.

La conseillère départementale Eva Belin, également maire d’Ondres, a rappelé qu’un des axes de travail essentiel était « à travail égal, salaire égal », saluant au passage Pierrette Fontenas, première femme à avoir été élue dans cette assemblée qui était alors le Conseil général des Landes.

Pique de Lionel Camblanne

Ce sujet a été l’occasion pour Lionel Camblanne d’adresser une pique à la majorité départementale, constatant que « parmi les dix salaires les plus élevés au Conseil départemental, dix sont des hommes ! Vous êtes responsables depuis quarante ans du recrutement ! », a-t-il lancé.

Sur le meme sujet

« Vos propos me laissent coi cher collègue, a repris Monique Lubin. Nous ne prétendons pas faire mieux, mais nous avons un véritable plan d’action. Comme l’ont dit mes collègues, le chemin est long. »

Places d’hébergement dédiées

Gloria Dorval travaille avec les services et les partenaires à des places d’hébergement d’urgence dédiées aux femmes victimes de violences conjugales. « Souvent, quand elles sortent du domicile, elles se retrouvent à l’hôtel. On sait que l’accompagnement y est compliqué, surtout pour celles qui ont des enfants, poursuit-elle. Même si les juges vont de plus en plus dans le sens d’une éviction du conjoint violent du domicile. »

L’ambition qu’elle défend est plus forte : « Nous voulons lutter contre les stéréotypes de genre pour montrer que tout le monde est capable de tout faire à partir du moment où il en a envie. Pour cela, il faut être capable de voir que c’est possible », a-t-elle conclu. « Nous sommes à la fois modestes de par la situation et nous actons ce qui constitue des marges de progrès », a repris Xavier Fortinon. Bilan au prochain rapport de l’égalité femmes-hommes.

Lire l’article original